Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 septembre 2017 1 11 /09 /septembre /2017 13:07

Un mois déjà que je n'ai rien écrit sur le blog ni rien publié sur Facebook ! Il était temps de dépoussiérer un peu mon clavier, ôter les toiles d'araignées de mon écran et reprendre les rênes de ce blog.

 

Je ne sais pas comment s'est passée la rentrée chez vous. Très bien je l'espère, et surtout sans trop de larmes...

 

Pour nous cette rentrée était très spéciale puisque depuis lundi dernier il n'y a plus de bébé à la maison.

 

Mon petit bonhomme a fait sa toute première rentrée en maternelle.

 

Dès le premier jour il a gagné une médaille. Celle du petit qui a crié le plus fort dans les couloirs avant même d'atteindre sa classe ! Heureusement ça n'a duré que deux jours et depuis mercredi dernier il rentre chaque matin comme un grand et sans une larme dans sa classe et ne se retourne même pas pour me voir partir. Alors même si je me sens un peu lésée, j'avoue que je préfère largement ça !

 

Mon Little Boy a quant à lui fait sa rentrée au CP (Déjà!). Il était très content de retrouver toute sa bande de copains et ne m'a parlé, pour résumer sa première journée d'école, que du poisson qu'il a aperçu dans la mare à côté de la cour. On peut dire que ce premier jour de rentrée ne l'a pas traumatisé !

 

Enfin ma grande fille a fait sa rentrée au CM1, sans souci même si c'est certainement celle qui appréhendait le plus cette rentrée. Mais les tensions se sont vites envolées lorsqu'elle a retrouvé ses copines.

 

En résumé, la rentrée s'est passée et maintenant on est sur les rails pour toute l'année même si j'ai l'impression que ça avance beaucoup trop vite ! Pas vous ? 

 

Je ne sais pas si c'est le fait d'avoir repris le travail ou bien que mon petit dernier ait fait sa rentrée (c'est certainement un peu les deux) mais j'ai l'impression que depuis le 4 septembre les journées filent encore plus rapidement qu'avant. Il nous a fallu trouver une nouvelle organisation à la maison et les enfants ont découvert pour la première fois la garderie de l'école.

 

Pour gagner du temps le matin on prépare maintenant les affaires de chacun le soir et je n'ai jamais autant utilisé internet pour faire les courses. Pour la rentrée ils avaient notamment besoin de bonnes chaussures que j'ai commandées sur le magasin de chaussures pour enfants en ligne Pisamonas. J'ai été livrée très rapidement, quelques jours seulement après avoir passé ma commande et je suis ravie de la qualité des chaussures.

 

 

Little Girl a craqué sur des petites bottines pour filles pas cher, en cuir bleu marine à paillettes (évidemment) avec de petits talons comme elle voulait. Elles sont élastiquées sur le côté et sont faciles à enfiler. Je me demande si je ne vais pas craquer moi aussi puisqu'ils font le même modèle en taille adulte !

 

 

Pour mes deux petits gars un peu cascadeurs j'ai trouvé deux paires de chaussures résistantes pour garçons, des baskets et des tennis puisqu'ils ne veulent mettre que ça !

 

 

Little Boy lui a choisi des tennis bleues, qui courent très vite et dont il est très fier de savoir faire les lacets tout seul. C'est ça d'être un grand de CP !

 

 

Quand à mon baby, j'ai choisi pour lui une paire de baskets blanches à scratch facile à mettre et à enlever avec une semelle épaisse et confortable. Elles sont en cuir, résistantes, sont faciles à entretenir et sont bien pratiques pour les activités scolaires.

 

 

Parfaites pour cette rentrée au pas de course !

 

Reste plus qu'à inscrire ma fille à la guitare, mon fils à l'escalade et reprendre pour moi la zumba dès ce soir et cette rentrée sera bouclée.

 

Et chez vous, comment s'est passée cette rentrée ?

 

 

 red star facebook social media icon red star social media icon instagram         


Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by cerisesurleberceau - dans Testé et approuvé Tranches de vie
commenter cet article
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 10:36

Mon Little Baby, mon troisième et dernier bébé, est un véritable réservoir à câlins et à bisous.

 

Le matin, lorsqu'il se réveille il vient nous rejoindre dans notre lit, se cale entre James et moi, passe chacun de ses petits bras autour de nos deux cous et peut rester comme ça, à somnoler pendant plus d'une demi-heure.

 

Il est complètement accro aux câlins, tout comme moi, alors comme on passe souvent nos journées en tête à tête à la maison, j'use ses grosses joues avec mes bisous et j'en profite au maximum car je sais que ça ne va malheureusement pas durer.

 

L'une des parties de son corps que je préfère bisouiller (après ses bonnes joues et les plis de son cou), c'est son petit ventre de bébé, encore rebondi et tout doux.

 

 

J'aime faire semblant de le croquer ou souffler dessus ce qui déclenche à chaque fois les fous rires de mon Baby. Chez Milupa, une marque suisse d’alimentation pour bébé, on appelle cela le Blubbern ! Et avec Little Baby, nous, le Blubbern, on adore ça !

 

 

Quand on sait que le ventre de nos bébés fonctionne deux fois plus vite que le nôtre et évolue énormément la première année (l'estomac du bébé à la taille d'une cerise à sa naissance, celle d'un abricot à une semaine et atteint celle d'un oeuf à un mois !), et que l'amour et l'attention qu'on lui porte peuvent réduire ses maux, il n'y a pas de quoi s'en priver.

 

 

 

 

 

 

 

Il existe aujourd'hui des produits élaborés tout spécialement pour le bien être digestif de nos tout petits. L'idéal reste évidemment le lait maternel mais quand on ne peut/veut pas allaiter on peut par exemple se rabattre sur du lait comme Milumil 2, le dernier né de chez Milupa qui est bien toléré et tout doux pour leurs petits ventres.

 

 

 

 

J'aurais beaucoup aimé connaître ce type de lait quand mon Little Boy était bébé car c'est clairement celui qui a le plus souffert de coliques et je me sentais souvent impuissante face à ses douleurs, mais à l'époque Milumil 2 n'existait pas encore ....

 

Et vous, vous êtes adeptes du Blubbern ?

 

Si vous avez essayé ce lait ou un autre et que ça a fonctionné, n'hésitez pas à venir me le dire en commentaire, ça pourrait être utile à d'autres parents et surtout à leurs bébés !

 

Avis important : L’allaitement maternel est idéal pour votre enfant. L’OMS recommande un allaitement exclusif pendant les 6 premiers mois. Demandez conseil auprès du personnel qualifié des services de santé si votre enfant a besoin d’un aliment d’appoint ou si vous n’allaitez pas.

 

Article sponsorisé. Cet article a été écrit en collaboration avec la marque, cependant tous les mots présents dans l'article sont les miens.

Partager cet article

Repost 0
Published by cerisesurleberceau - dans Tranches de vie
commenter cet article
7 juin 2016 2 07 /06 /juin /2016 17:03

Il y a un peu plus d'un an, j'écrivais ce billet à la naissance de mon troisième bébé. J'avais peur d'oublier ces premiers moments si fugaces et pourtant si marquants dans une vie de maman.

 

18 mois après je réalise que j'ai déjà un peu tout oublié. Pourtant c'était hier mais ça me parait être une éternité. 

 

Alors lorsque je croise des futures mamans au ventre rond ou des jeunes mamans avec un nourrisson j'ai envie de leur dire d'en profiter, même si elles sont très fatiguées comme je l'ai été, parce que ça passe si vite.

 

J'ai envie de leur dire : émerveille-toi de ce ventre qui s'arrondit tout doucement pour la première fois.

 

Émerveille-toi de ce corps qui change et se transforme pour porter la vie, ce corps que tu ne regarderas plus jamais du même œil à partir du moment où vous avez été deux à l'habiter en même temps.

 

Émerveille-toi de cette toute première rencontre virtuelle avec ton bébé, de ces premières images où tu le vois bouger sur un écran en noir et blanc, de cette toute première fois où tu entends son petit coeur battre et où tu aperçois ses petites jambes s'agiter.

 

Émerveille-toi de la première rencontre tant attendue avec ce bébé que tu oseras à peine toucher.

 

Émerveille-toi de cette première fois où vos regards vont se croiser, où tu vas sentir sa peau contre la tienne et où tu vas enfin le tenir dans tes bras.

 

Emerveille-toi de son premier cri, de ses premiers pleurs qui te prouvent qu'il est bien là.

 

Émerveille-toi de ces petites mains si minuscules aux ongles un peu trop longs et encore tout mous qui vont venir serrer ton doigt.

 

Émerveille-toi de ces petits cheveux si fins et tout mouillés qui encadrent ce visage si petit et si parfait que tu as si souvent imaginé.

 

Émerveille-toi de son premier repas et de son air rassasié.

 

Émerveille-toi de ses sourires aux anges et de ses gestes désordonnés.

 

Émerveille-toi de son premier vrai sourire et de son premier éclat de rire.

 

Émerveille-toi de ses premières roulades et de ses premiers pas.

 

Émerveille-toi de son premier maman et de son premier papa.

 

Émerveille-toi de ses câlins et de ses joies.

 

Émerveille-toi de toutes ces fois où il se réveille dans tes bras.

 

Émerveille-toi, tu peux être fière de toi.

 

Tu as donné la vie, tu as permis tout ça. C'est le plus beau cadeau que tu n'auras jamais et c'est pourtant toi qui l'as fait.

 

Alors émerveille-toi de tout, émerveille-toi à chaque fois, car ces premières fois là n'arrivent qu'une seule fois et, malheureusement, ne durent pas ...

 

Emerveille-toi

 

 red star facebook social media icon red star social media icon instagram         

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by cerisesurleberceau - dans Tranches de vie
commenter cet article
31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 09:28

Depuis dimanche je n'ai plus qu'un enfant. Little Baby est fils unique pour quelques jours et bien évidemment ça nous change la vie.

 

Little Girl et Baby Boy sont partis à la montagne, prendre un grand bol d'air pur avec leurs grands-parents. Ils sont ravis et profitent de chaque instant.

 

La maison est calme, les chambres restent rangées, les repas durent deux fois moins longtemps et on peut même faire la grasse matinée !

 

Little Baby est chouchouté par ses deux parents comme l'a été sa sœur aînée pendant quelques années et il ne se fait pas prier pour en profiter (nous non plus), mais il est un peu perdu, il s'ennuie, il tourne en rond dans la maison et ne veut plus quitter mes bras.

 

Little Girl n'est pas là pour le chouchouter, Baby Boy ne peut plus l'embêter et il ne sait pas comment s'occuper. Il a toujours vécu avec un grand frère et une grande soeur. Sans eux, c'est tout son équilibre qui est modifié.

 

J'avoue, parfois, depuis que j'ai trois enfants, je me demande comment je pouvais être aussi débordée, avant, avec un seul bébé. Mais depuis quelques jours je comprends.

 

Lorsque son frère et sa soeur sont là Little Baby est occupé en permanence. Il les suit dans leurs chambres, partage leurs jeux (et les embête un peu). Rien que le fait de les voir et de les entendre suffit à le distraire, à le rassurer. Quand il est seul, je suis son seul centre d'intérêt.

 

Moi qui pensait profiter de ces quelques jours pour me reposer et souffler un peu, c'est râté.

 

Alors, évidemment, avec un seul enfant, la maison est bien plus calme (les décibels étant directement proportionnelles au nombre d'enfants au m²), mais pendant que mes oreilles se reposent, je n'ai plus une minute à moi ! Little Baby me suit partout (partout !) et réclame mon attention en permanence. Je suis d'ailleurs en train d'écrire ce billet d'une seule main alors qu'il s'est endormi dans mes bras.

 

Alors maintenant, je me souviens ...

 

Un bébé seul demande beaucoup de temps et s'occuper d'un tout petit n'est pas tellement plus reposant que d'avoir trois enfants plus grands finalement. C'est juste beaucoup moins bruyant.

 

Passer de cinq à trois change beaucoup de choses, pour tout le monde. Je ne suis plus habituée à m'occuper d'un seul bébé.

 

C'est sûr, ce petit break présente aussi des avantages et je profite de ce nouveau rythme qui ne va pas durer mais notre famille est bancale, il manque deux de ses cinq piliers et même si mes oreilles me crient le contraire, j'ai déjà hâte de les retrouver ...

Un sur trois

 

 red star facebook social media icon red star social media icon instagram         


Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by cerisesurleberceau - dans Tranches de vie
commenter cet article
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 12:38

Depuis que Little Girl est née et qu'elle a les cheveux suffisamment longs, je lui coupe moi-même les cheveux. Je coupe également ceux de James et, depuis que la famille s'est agrandie, ceux de mes deux petits gars. Je n'ai pourtant aucune formation de coiffeuse et parfois ... ça se voit ! Mais avec un peu de bonne volonté et des clients pas trop difficiles j'arrive quand même régulièrement à m'en sortir et ça n'est pas trop catastrophique.

 

Pour Little Girl c'est facile, elle a (enfin) les cheveux longs. Il suffit de couper quelques centimètres tous les 3-4 mois avec un peigne et des ciseaux et le tour est joué. Comme elle est très coquette et qu'elle réclame de plus en plus de passer du temps avec moi, il nous arrive aussi d'aller de temps à autre toutes les deux chez le coiffeur. Ca permet de repartir sur de bonnes bases quand la coupe manque un peu de précision, de passer un bon moment mère-fille et c'est reparti pour un ou deux ans de coupes maison !

 

Pour Little Baby c'est un peu plus compliqué. Depuis qu'il est bébé je lui coupe les cheveux aux ciseaux en tenant les mèches de cheveux entre mes doigts et en essayant de garder la même longueur un peu partout. Je profite qu'il soit dans le bain occupé à jouer pour agir même si je n'ai jamais trop de temps devant moi avant qu'il ne se mette debout et bouge dans tous les sens. Heureusement il a les cheveux semi ondulés, blonds et très fins. Du coup on ne voit pas trop mes loupés !

 

La coupe de James est assez simple à réaliser et puis surtout il sait se tenir tranquille et depuis le temps que je lui coupe les cheveux, je maîtrise. J'ai juste besoin d'une bonne tondeuse et de deux hauteurs de sabots. En 20 minutes c'est réglé !

 

Avec Little Boy c'est plus compliqué. Pour qu'il se tienne tranquille j'ai la solution : je dégaine ma tablette avec un ou deux dessins animé sur Youtube et il ne bouge pas une oreille tant qu'il y a quelque chose sur l'écran. Mais il a les cheveux assez épais et surtout très raides. Le moindre raté et ça se voit. Sans compter qu'il a une coupe avec les cheveux assez longs sur le dessus et plus courts en dessous, ce qui n'est pas facile à réaliser pour une novice comme moi. J'avoue, j'ai raté la dernière coupe que je lui ai faite lui donnant un petit air de Jacqouille la fripouille dans les visiteurs, en même temps, c'est d'actualité ! Heureusement, les cheveux repoussent vite et  pour le moment, à 5 ans, il ne se soucie pas trop de ses cheveux et ne m'en veut pas trop. Ca fait partie des risques du métier et on apprend aussi de ses erreurs.

 

Quand on veut couper soi-même les cheveux de sa petite famille il faut s'équiper un minimum : ciseaux, peignes et surtout investir dans une bonne tondeuse à cheveux.

 

J'en ai acheté plusieurs, sur les ventes privées d'internet ou en grande surfaces. Je ne savais jamais trop quel modèle choisi tant le choix est vaste mais malheureusement j'ai toujours fait le mauvais choix : soit les sabots étaient très fragiles et se cassaient rapidement, soit la batterie tombait en panne moins d'un an après l'achat. Je dois en être à ma quatrième tondeuse en 7 ans.

 

J'ai d'ailleurs découvert récemment une nouvelle marque de tondeuses américaines que je ne connaissais pas encore et qui me semble prometteuse. Il s'agit de la marque Wahl & Moser qui propose des tondeuses adaptées aux différents besoins des consommateurs. Certaines d'entre-elles sont spécialement conçues pour les coupes courtes, d'autres possèdent des lames auto-affutées ou des batteries ultra-puissantes.

 

J'ai choisi pour ma part une tondeuse très abordable financièrement (un peu moins de 40 €) et facile d'utilisation : la Color Pro. Elle fonctionne sur secteur et comporte 20 pièces : ciseaux, peignes, boite de rangement ainsi que 10 guides de coupes (de 3 à 25 mm) etc .. 

 

Ses sabots de différentes couleurs permettent de gagner du temps lorsque je change de hauteur puisque le guide couleur situé sur le manche de la tondeuse correspond à un sabot bien précis.

 

Elle me parait très robuste (même si je ne l'utilise que depuis quelques semaines) et elle permet de couper les cheveux avec précision et sans effort.

 

Elle dispose même de guides bien pratiques pour couper les cheveux au-dessus des oreilles ce qui me permet d'être plus précise qu'avant lorsque j'utilisais mes ciseaux pour le faire. J'ai trouvé ces accessoires très pratiques pour les coupes maisons quand on n'est pas une professionnelle du métier.

 

Bref, pour le moment j'en suis ravie. J'espère qu'elle durera plus longtemps que les précédentes !

 

Avec de bons outils et un peu d'expérience je pense donc qu'on peut se lancer et couper les cheveux de ses enfants et de son mari. Evidemment les coupes sont un peu artisanales et je n'ai absolument pas la prétention de rivaliser avec un vrai coiffeur. D'ailleurs je pense qu'il est important d'aller de temps en temps chez un vrai coiffeur pour rectifier le tir et repartir sur de bonnes bases.

 

Mais quand on fait le calcul, couper soi-même les cheveux de sa petite famille permet quand même de faire de belles économies qui peuvent servir ensuite à passer de bons moments tous ensembles ailleurs que chez le coiffeur !

Couper soi-même les cheveux de ses enfants : bonne ou mauvaise idée ?
Couper soi-même les cheveux de ses enfants : bonne ou mauvaise idée ?
Couper soi-même les cheveux de ses enfants : bonne ou mauvaise idée ?
Couper soi-même les cheveux de ses enfants : bonne ou mauvaise idée ?
Couper soi-même les cheveux de ses enfants : bonne ou mauvaise idée ?
Couper soi-même les cheveux de ses enfants : bonne ou mauvaise idée ?
Couper soi-même les cheveux de ses enfants : bonne ou mauvaise idée ?
Couper soi-même les cheveux de ses enfants : bonne ou mauvaise idée ?
Couper soi-même les cheveux de ses enfants : bonne ou mauvaise idée ?
Couper soi-même les cheveux de ses enfants : bonne ou mauvaise idée ?
Couper soi-même les cheveux de ses enfants : bonne ou mauvaise idée ?
Couper soi-même les cheveux de ses enfants : bonne ou mauvaise idée ?
Couper soi-même les cheveux de ses enfants : bonne ou mauvaise idée ?
Couper soi-même les cheveux de ses enfants : bonne ou mauvaise idée ?

Et vous, vous faites comment ?

 

Vous emmenez vos enfants chez le coiffeur ou vous leur coupez vous-même les cheveux ? Racontez-moi, ça m'intéresse ...

 

 red star facebook social media icon red star social media icon instagram         

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
31 mars 2016 4 31 /03 /mars /2016 17:39

- Maman, on peut avoir un chien ?

 

Cette phrase, que j'ai répété à mes parents pendant toute mon enfance (en alternant avec un poney), je l'ai entendue régulièrement pendant 3 ans dans la bouche de Little Girl.

 

Et comme mes parents l'avaient fait avec moi, j'ai donné à Little Girl toutes les excuses du monde pour lui expliquer que, malheureusement, ce n'était pas possible (pas le bon moment, pas le bon endroit, pas le temps et surtout pas l'envie).

 

Finalement, pour lui faire plaisir après tant d'années d'attente et devant tant de détermination, nous avons fini par adopter une petite chatte croisée Sacré de Birmanie, Nutella, il y a 5 mois.

 

On trouvait qu'un chat représentait quand même moins de contraintes qu'un chien et on pensait que ça suffirait à calmer ses envies de chiot.

 

Little Girl était ravie et on était bien décidés à s'arrêter là. Trois enfants, un chat, ça nous semblait déjà pas si mal pour animer la maison.

 

 

Et puis un jour, sans trop savoir pourquoi, l'envie est née chez moi aussi. J'ai tout à coup eu envie de découvrir cette relation si particulière que tous les propriétaires de chiens décrivent.

 

Litlle Girl (qui avait presque abandonné l'idée du chiot avec l'arrivée du chat) était bien évidemment ravie de ma nouvelle lubie et les garçons aussi. Plus on est de fous, plus on rit parait-il.

 

Lorsque j'en ai parlé autour de moi, mes amis et ma famille m'ont un peu prise pour une folle (même s'ils me connaissent) et ont tenté de me décourager. Prendre un chiot avec trois enfants encore petits et un chaton de quelques mois n'était pas vraiment raisonnable. A les écouter, il valait mieux que j'attende encore quelques années que les enfants grandissent et (certainement) que l'envie me passe ...

 

Mais plus on me décourageait plus l'envie grandissait (et puis j'ai toujours eu l'esprit de contradiction et j'ai l'impression qu'en vieillissant ça n'est pas prêt de s'arranger). J'ai fini par convaincre James (ça a été assez facile puisqu'il a toujours rêvé secrètement d'avoir un chien) et j'ai commencé à chercher le chien idéal qui viendrait agrandir la famille.

 

Ca m'a pris plusieurs mois.

 

Je rêvais d'un chien qui plairait à toute notre petite famille, pas trop courant, de taille moyenne pour qu'on puisse l'emmener avec nous en vacances (malgré le peu de place qui nous reste à chaque fois dans la voiture), peu aboyeur, gentil avec les enfants, intelligent, calme, qui ne perde pas trop ses poils (tant qu'à faire), qui sache rester seul à la maison sans faire de dégâts, facile à éduquer et qui s'entende bien avec le chat.

 

Bref, la perle rare.

 

J'ai cherché longtemps et j'ai fini par me dire que je ne trouverais jamais mon bonheur et qu'il valait peut-être mieux que je prenne une peluche et que j'écoute mes amis.

 

Et puis un jour, j'ai découvert la race de chiens "Spitz japonais". Ce petit chien de taille moyenne (il pèse entre 6 et 10 kilos à l'âge adulte) m'a tout de suite séduite avec ses allures de mini samoyède.

 

Je me suis renseignée sur son caractère et, sur le papier, il ressemblait de très près à mon chien idéal.

 

Comme cette race est peu répandue en France, les élevages sont rares et il n'y en avait pas dans notre région. Et puis un jour, au hasard d'une recherche j'ai découvert un tout jeune élevage à moins d'une heure de route de chez nous. L'éleveuse, adorable et très disponible, a pris le temps de répondre à toutes nos questions et a fini par nous convaincre qu'on avait très certainement trouvé le chien idéal.

 

Milky est parmi nous depuis 1 mois maintenant et avec ses airs de peluche et sa gentillesse il a su conquérir toute la famille. Il est calme dans la maison, est très câlin avec les enfants, s'entend bien avec Nutella le chat et nous confirme chaque jour qu'on a fait le bon choix, même si un animal, évidemment, représente aussi des contraintes.

 

Un chien demande du temps et de l'attention qu'il faut pouvoir lui donner. C'est l'avantage et l'inconvenient de la famille nombreuse : on a moins de temps libre pour le chien mais il y a plus de mains pour les caresses et pour les jeux et je crois que Milky n'est pas malheureux !

 

Il ne faut pas oublier aussi qu'un chien et/ou un chat ça peut coûter cher. Le vétérinaire et la nourriture représentent un budget non négligeable qu'il faut bien anticiper avant de se lancer...

 

Les déplacements sont également plus compliqués. Même si Milky ne prend pas beaucoup de place dans la voiture il faut, lorsque l'on part en vacances, trouver un lieu qui puisse accueillir les animaux ou le faire garder. Heureusement les pet-sitters sont de plus en plus nombreux et il suffit de trouver la bonne personne qui saura s'occuper de nos animaux quand on doit s'absenter sans pouvoir les emmener. Et puis avec les locations chez les particuliers il existe quand même plusieurs options pour partir en vacances avec son compagnon.

 

Enfin, et c'est ce qui me fait râler quand même un peu chaque jour, un chien dans une maison c'est trois fois plus de ménage, surtout que le chiot contrairement au chaton n'est pas propre de suite. Alors c'est vrai que certains jours, entre les couches du petit dernier et les pipis (au mieux) du chiot, je trouve que c'était quand même plus tranquille avant, mais malgré ces contraintes, je réalise chaque jour qu'avoir une famille nombreuse, avec des animaux n'est pas incompatible, au contraire, et que finalement, je ne suis pas si folle que ça.

 

Et puis surtout, lorsque je vois la relation que mes trois enfants ont tissée avec Nutella le chat et encore plus avec Milky le chien, je me dis que, franchement, ça vaut bien un petit coup d’aspirateur quotidien.

Maman, on peut avoir un chien ?
Maman, on peut avoir un chien ?
Maman, on peut avoir un chien ?
Maman, on peut avoir un chien ?
Maman, on peut avoir un chien ?
Maman, on peut avoir un chien ?
Maman, on peut avoir un chien ?
Maman, on peut avoir un chien ?
Maman, on peut avoir un chien ?
Maman, on peut avoir un chien ?

Et vous, vous avez des animaux à la maison ?

 

 red star facebook social media icon red star social media icon instagram         


Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by cerisesurleberceau - dans Tranches de vie
commenter cet article
5 février 2016 5 05 /02 /février /2016 10:37

Hier était une journée un peu particulière.

 

Hier je me suis levée à l'aube, alors que le soleil faisait la grasse matinée et que toute la maison dormait encore profondément, et je suis partie dans la nuit et le froid du petit matin pour l'aéroport.

James avait posé une journée de congé.

Pour une journée nous avions décidé d'échanger nos costumes : il enfilerait celui de Père au Foyer et j'endosserai celui de Working-Girl.

 

J'aime ces journées un peu particulières qui viennent ponctuer ma vie parfois un peu trop réglée de mère au Foyer. J'aime me dire que je peux encore me fondre dans la masse de la population active, comme si de rien n'était, sans enfant à surveiller, devoirs à corriger, repas à préparer ou couche à changer.

J'aime voir que mes enfants peuvent aussi très bien se débrouiller sans moi, qu'ils sont aussi heureux et épanouis que lorsque je suis avec eux et que je peux prendre du temps pour moi, rien que pour moi, sans que personne ne soit pénalisé, malheureux ou ne se sente abandonné.

 

Hier donc, c'est la tête légère et le sourire aux lèvres que j'ai sauté dans un petit avion direction Lyon pour passer une journée chez Blédina avec d'autre blogueuses (et blogueur) qui constituent la Blédifamily.

 

La Blédifamily existe depuis un an déjà et c'était l'occasion de faire le bilan de cette première année de partenariat entre les blogueurs et la marque Blédina.

 

En tant que membre de la Blédifamily, nous bénéficions d'une relation privilégiée avec cette marque que j'ai appris à connaître et à apprécier. On participe à de nombreux événements tels que des tables rondes, des rencontres, des dégustations, des séances de réflexions... On rencontre des experts des différents services Blédina, on mange à la cantine avec les employés de la marque, on peut poser nos questions (même celles qui fâchent), et on nous répond toujours en toute transparence et honnêteté. Récemment nous avons même pu participer à la création du nouveau site internet de l'enseigne en partageant les expériences que nous vivons, en tant que parent, avec nos enfants.

Faire partie de la Blédifamily c'est se sentir écoutés, impliqués, valorisés et membres à part entière d'une famille qui prend, à chaque fois, grand plaisir à se rencontrer en toute simplicité.

 

Retrouver les copines blogueuses, les équipes de Parole de Mamans et la team Blédina est un grand bonheur, pour tout le monde je crois.

 

Je sais que certains d'entre vous se posent des questions sur cette marque qui nourrit vos bébés. En tant que parent on souhaite donner ce qu'il y a de meilleur à nos enfants et il est bien normal de scruter les étiquettes des produits qu'on leur donne à manger et de s'interroger à différents niveaux. Donc si vous avez des questions sur l'un des produits Blédina, sur la composition des petits pots, la provenance des produits etc... n'hésitez pas à me les poser. Si je peux vous répondre directement je le ferai, sinon je sais que l'équipe Blédina à qui je ferai remonter vos remarques sera à l'écoute et réactive pour vous apporter les éclaircissements qui vous seraient nécessaires.

 

J'avoue que depuis que j'ai rencontré les équipes Blédina et visité leur usine je suis complètement rassurée et décomplexée lorsque je donne un petit plat tout prêt ou un petit pot à Little Baby et c'est important d'être rassurés quand on est parent.

 

Grâce à la Blédifamily j'ai pu mettre des visages sur une grande marque que j'imaginais dépourvue d'âme. Je trouve toujours difficile de réaliser qu'il y a des êtres humains comme vous et moi qui travaillent derrière ces grands groupes industriels, qui aiment leur métier et qui le font avec passion. C'est l'un des gros avantages qui m'a été donné en créant ce blog : rencontrer des personnes et humaniser les marques que je côtoie chaque jour de près ou de loin avec mes trois enfants.

 

Hier donc, je me suis levée trop tôt après avoir passé une nuit trop courte pour passer une journée trop top.

 

James a profité à 100% de sa journée un peu spéciale et j'ai vécu pleinement chaque seconde de de la mienne. Ca fait du bien d'échanger de rôles de temps en temps.

 

On recommence quand ?

Journée KidsFree et Blédifamily
Journée KidsFree et Blédifamily
Journée KidsFree et Blédifamily
Journée KidsFree et Blédifamily
Journée KidsFree et Blédifamily

 

 red star facebook social media icon red star social media icon instagram         


Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by cerisesurleberceau - dans Tranches de vie
commenter cet article
2 février 2016 2 02 /02 /février /2016 17:49

Depuis quelques années, on entend de plus en plus parler d'allergies chez les bébés et les enfants.

J'ai l'impression que lorsque Little Girl est née il y a 7 ans ou même Little Boy il y a 5 ans, on ne parlait pas autant d'allergies qu'aujourd'hui. Étaient-elles moins nombreuses, moins médiatisées ou bien peut-être que, tout simplement, je n'y faisais pas aussi attention?

Quoi qu'il en soit, les allergies alimentaires font à présent partie du quotidien de nombreux parents. L'asthme et les allergies alimentaires (aux œufs, au lait, au gluten, à l'arachide par exemple) sont de plus en plus fréquentes.

J'ai également constaté que les recommandations de ma pédiatre concernant la diversification alimentaire avaient évolué entre mon premier et mon troisième bébé. Par exemple, elle m'a conseillée pour Little Baby d'introduire assez rapidement le gluten dans son alimentation afin de réduire le risque allergique et de l'exposer aussi rapidement lors de la diversification aux aliments dits allergiques tels que les fraises, l'arachide etc ...

Elle m'a bien évidemment conseillé aussi de n'introduire qu'un seul nouvel aliment par jour pour pouvoir identifier rapidement toute réaction allergique, mais ça c'était déjà le cas avec mes deux grands.

Avant de commencer la diversification pour Little Baby, ma pédiatre m'a posé également plusieurs questions concernant nos antécédents allergiques à James et à moi. A priori il y aurait un terrain héréditaire plus ou moins favorable aux allergies alimentaires.

Sur le site Aptamil, il existe d'ailleurs un outil qui permet d'évaluer le risque d'allergie de son enfant en fonction du terrain allergique des parents ou des autres enfants de la famille. On y trouve également une liste de conseils pour réduire au maximum les risques allergiques chez le bébé qui commence par une bonne hygiène de vie dès la grossesse.

Dans la famille pour le moment nous ne sommes pas allergiques à un aliment en particulier. Heureusement, Little Girl, Little Boy et Little Baby sont comme nous.

En revanche, Little Girl et Little Baby ont des allergies médicamenteuses.

Little Girl fait une réaction cutanée à l'Advil et Little Baby ne supporte pas le Doliprane en sirop car il est allergique au sorbitol qu'il contient. Heureusement je peux me passer de ces deux médicaments et il est très facile d'éviter le contact de ces produits avec mes enfants mais pour certains parents le combat contre les allergies est journalier et très stressant !

Ma sœur m’expliquait récemment que lorsqu'elle a fêté l'anniversaire de ses jumeaux, l'une des petites filles qui étaient invitée avait un terrain très allergique et devait donc suivre une alimentation très stricte. Elle ne pouvait par exemple manger qu'une seule marque de bonbons et si par malheur elle entrait en contact avec d'autres bonbons même, simplement en touchant les mains d'un enfant qui en avait mangé, ça pouvait lui être fatal !!!

Conscients de ce problème, certains professionnels adaptent leurs produits pour tenter de réduire les risques allergiques dès les premiers mois de vie du nourrisson. Les produits sans gluten ont le vent en poupe et il existe même des laits infantiles hypoallergéniques.

Aujourd'hui, il existe de plus en plus de moyens de réduire les risques allergiques du bébé et de l'enfant mais malheureusement ils ne sont pas tous infaillibles. J'espère que la tendance s'inversera dans les prochaines années et que les chercheurs trouveront des solutions efficaces pour aider les parents et leurs enfants atteintes d'allergies plus ou moins violentes et leur permettre ainsi de vivre, enfin, quasi normalement...

Les allergies chez les bébés

Et vous, vous êtes confrontés aux allergies ? Comment vous les gérez ? Racontez-moi, ça m'intéresse ...

Article sponsorisé. Cet article a été écrit en collaboration avec la marque, cependant tous les mots présents dans l'article sont les miens.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cerisesurleberceau - dans Tranches de vie
commenter cet article
13 janvier 2016 3 13 /01 /janvier /2016 18:39

J'ai pris la décision avec James, avant même que notre premier enfant ne vienne au monde.

 

Je me souviens de notre discussion dans ce restau chinois.

 

Nous étions jeunes mariés et entre un canard laqué et un riz cantonnais nous avons commencé à parler bébé.

 

Ce jour là, je lui ai demandé ce qu'il penserait si je m'arrêtais de travailler à l'arrivée de notre premier bébé.

 

A cette époque, on travaillait tous les deux et on avait une vie confortable.

 

Si je m'arrêtais de travailler, un salaire en moins couplé à l'arrivée d'un bébé signifierait une diminution de notre train de vie à tous les deux. Mais je ressentais vraiment l'envie de faire un break, une pause dans ma vie professionnelle pour me consacrer pleinement à notre enfant lorsque celui-ci arriverait.

 

James a tout à fait compris cette envie et en quelques minutes, dans ce petit restau, nous avons pris l'une des plus grandes décisions de ma vie.

 

Je ne savais pas comment j'allais réagir à ce changement de rythme radical.

 

Cela faisait 10 ans que je travaillais et m'arrêter du jour au lendemain pour m'occuper d'un bébé impliquait de gros changements que je n'étais finalement pas si certaine d'apprécier.

 

Mais je voulais essayer pour ne rien regretter.

 

Cela fait aujourd'hui 7 ans que je suis Mère au Foyer et avec le recul je peux affirmer que ces 7 années font parties de mes plus belles années.

 

Depuis 7 ans je vis à mon rythme et à celui de mes bébés.

 

Je n'ai pas l'impression d'avoir mis ma vie entre parenthèse mais au contraire de la vivre à 100% et d'en profiter à chaque instant.

 

Je suis heureuse d'être restée auprès de mes enfants durant les trois premières années de leur vie, de les avoir vus grandir, s'épanouir et de ne rien avoir raté de leurs premières années.

 

Je n'attends pas d’eux qu'ils me soient redevables ou reconnaissants de m'être arrêtée de travailler pour m'occuper d'eux.

 

Ils ne m'ont rien demandé. C'est avant tout pour moi que je l'ai fait, parce que j'en crevais d'envie.

 

Ils auraient pu être tout autant épanouis et éveillés s'ils avaient été gardés par une nounou ou dans une crèche. Je suis intimement persuadée que la qualité du temps passé avec un enfant vaut bien mieux que la quantité. Pour certains parents s'arrêter de travailler pour s'occuper de leur enfant à plein temps est soit impossible pour des raisons financières soit inimaginable pour leur équilibre mental et, sincèrement, je le comprends. Ça ne fait pas des enfants malheureux pour autant, ni d'eux de mauvais parents.

 

Je ne dis pas non plus qu'être Mère Au Foyer est facile tous les jours. Il y a des jours où j'ai envié mon mari qui partait bosser, où j'avais envie de couper, de souffler, de me sentir bêtement utile à la société. Mais malgré ces journées et ces périodes plus compliquées je me lève depuis 7 ans, chaque matin, en me disant que j'ai de la chance de pouvoir vivre cette vie que j'ai choisie.

 

Dans un an et demi, Little Baby rentrera à l'école à son tour. Il sera temps pour moi de tourner une nouvelle page de ma vie et de retrouver une activité professionnelle.

 

J'en ai envie, j'en aurai besoin.

 

Je me suis d'ailleurs donné un an pour trouver ce que je ferai après mais pour le moment je manque d'idée.

 

Le retour à la vie professionnelle prendra du temps. 7 ans d'arrêt de s'oublient pas en un claquement de doigt mais je suis confiante et j'essaierai de saisir les bonnes opportunités.

 

En attendant, il me reste encore une année à vivre dans cette parenthèse enchantée.

 

Une année à profiter des câlins et des progrès de mon bébé, à récupérer mes deux grands à l'école et à écouter le récit un peu décousu de leur journée.

 

Une année à vivre à mon rythme, à sortir quand j'en ai envie, à alimenter ce blog qui m'a tant apporté et à continuer à faire ce qui me plaît, sans contraintes. Ou presque.

 

Une année à être là pour eux pendant les vacances, à les chouchouter lorsqu'ils sont malades et à les regarder grandir.

 

Il y a 7 ans, j'ai fait le choix de m'arrêter de travailler, de vivre un peu en marge de la société, à contre-courant sans trop savoir ce que ce choix allait me réserver.

 

Aujourd'hui je sais que ce jour-là, dans ce restau chinois, j'ai pris la bonne décision et que si c'était à recommencer, je resignerais sans hésiter.

Mère au Foyer, du rêve à la réalité

 

 red star facebook social media icon red star social media icon instagram         

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by cerisesurleberceau - dans Tranches de vie
commenter cet article
15 décembre 2015 2 15 /12 /décembre /2015 10:44

J'ai eu trois enfants. Lorsque j'étais enceinte de Little Girl, les premiers mois,  je clamais haut et fort que je ne l'allaiterai pas.
 

Je l'ai allaitée 17 mois...

 

Au fur et à mesure que mon ventre s'arrondissait, j'oubliais peu à peu mes convictions du début pour finalement me laisser tenter par l'expérience de l'allaitement. J'avais envie d'essayer, juste pour voir, sans me mettre la pression. Si ça marchait ça marchait, si ça ne marchait pas tant pis.

 

Les premiers jours ont été un peu compliqués, comme pour beaucoup. Les montées de lait étaient très douloureuses, j'avais des crevasses qui me faisaient souffrir, une cicatrice de césarienne qui n'aidait pas beaucoup et des difficultés à bien positionner mon bébé.

 

Little Girl tétait peu mais trop très souvent et ne dormait presque pas. J'étais épuisée et pourtant j'aimais ce moment privilégié que je partageais avec elle.

 

Mais l'allaiter restait compliqué, elle avait même perdu un peu de poids au début alors que je l'allaitais à la demande. Je ne savais jamais si elle avait pris suffisamment, si elle avait encore faim, j'étais un peu perdu. Sans compter que lorsqu'elle a eu un mois on a déménagé loin de toute famille, j'étais seule toute la journée avec mon bébé et la fatigue était de plus en plus présente.

 

Plusieurs fois j'ai voulu arrêter l'allaitement. Je trouvais qu'elle tétait beaucoup trop souvent, je me sentais totalement dépendante de ma fille et un peu emprisonnée par cet allaitement. Et en même temps j'aimais le fait de me sentir indispensable pour elle, nos têtes à têtes privilégiés et nos tétées câlins qui s'éternisaient. Et puis le sein était un moyen radical de l'apaiser au moindre petit bobo, c'était tout de même bien pratique et rassurant pour la maman débutante que j'étais il y a 7 ans.

 

Lorsque Baby Boy est né je ne me suis pas posé de questions sur l'allaitement. J'avais allaité sa soeur, je l'allaiterai aussi, y'avait pas de raison ! 

 

J'étais confiante, j'avais allaité un bébé pendant longtemps et je me sentais très à l'aise dans ce domaine puisqu'à la fin, avec Little Girl, l'allaitement se passait très bien.

 

Les premières tétées se sont plutôt bien passées mais plus les jours passaient et plus ça devenait compliqué. Baby boy pleurait lorsqu'il était au sein, il avalait beaucoup d'air et surtout il ne prenait pas de poids. J'étais de nouveau perdue avec l'allaitement. Moi qui pensait maitriser le sujet j'étais face à un bébé qui avait faim et que je ne parvenais pas à rassasier.

 

Finalement après avoir essayé plusieurs méthodes, je suis passée à l'allaitement mixte sur les conseils de ma pédiatre. Baby Boy a très vite repris du poids et préféré les biberons à l'allaitement. A 6 mois il était totalement sevré.

 

Quand Little Baby est né j'ai bien évidemment voulu lui aussi l'allaiter. Je suis têtue ascendant bornée.

 

J'étais confiante, zen, me disant que de toutes manières si ça ne marchait pas je lui donnerai le biberon mais au fond de moi j'y croyais et j'avais vraiment envie que ça marche.

 

Ca a été catastrophique ... 

 

Pendant 48h il ne s'est pas alimenté. Lorsque je le mettais au sein il ne tétait pas du tout, comme s'il n'avait pas de réflexe de succion, ou pas faim. Avec les sages-femmes nous avons essayé toutes les astuces possibles. Rien à faire. Au bout de deux jours la sage-femme est arrivée avec un biberon puisqu'il fallait bien qu'il mange quelque chose. Elle l'a posé sur la table à côté de moi et nous avons mis Little Baby au sein une dernière fois pour essayer. Et là, miracle, il a commencé à téter !

 

Je suis donc partie de la maternité avec un bébé que j'allaitais, confiante et rassurée sur ses capacités à téter.

 

Malheureusement, il a suivi exactement le même chemin que son grand frère. Malgré un allaitement à la demande il ne prenait pas de poids, s'arrêtait de téter, gêné par l'air qu'il aspirait. J'ai demandé conseils à la PMI à plusieurs reprises, à la sage-femme qui venait me voir à la maison après mon accouchement, je l'ai emmené chez un ostéopathe, mais malheureusement rien ne marchait.

 

Au bout de deux mois, tout comme pour son frère, j'ai dû introduire des biberons et passer à l'allaitement mixte. Et tout comme son frère il a commencé à reprendre du poids, à mieux dormir et a arrêté de beaucoup pleurer.

 

Je regrette de ne pas avoir réussi à allaiter correctement mes garçons. J'ai compris un peu plus tard que j'avais ce qu'on appelle un REF (Réflexe d'Ejection Fort) qui gênait la tétée de mes bébés. Mais je l'ai compris bien trop tard et je n'ai pas su y remédier. 

 

L'allaitement peut être quelque chose de merveilleux. Ca peut très bien se passer. J'ai des exemples autour de moi de mamans qui allaitent leurs bébés et pour qui tout se passe bien. Mais ça peut également être compliqué et dans ces cas-là il ne faut pas hésiter à se faire aider.

 

Il y a bien évidemment la Leche Leage (réseau pour l'allaitement maternel) qui peut être de très bons conseils, la PMI, la pédiatre, les sages-femmes et il existe aussi de nombreux sites internet internet comme le site d'Aptamil qui contient des informations intéressantes sur l'alimentation de la maman durant l'allaitement et qui propose aussi sur sa page spéciale Milupa profutura mama  de mettre en évidence de manière interactive les besoins nutritifs accrus lors de l'allaitement.

 

Je pense avec le recul que je ne m'alimentais et que je ne buvais pas assez d'eau durant l'allaitement de mes garçons. Pour Little Girl j'avais pris des petits granulés pour booster l'allaitement, pour Baby Boy je n'ai rien pris et pour Little Baby j'avais essayé des vitamines spécifiques pour l'allaitement (je ne me souviens plus de la marque) et des tisanes qui favorisaient la montée de lait car je pensais que c'était ça mon problème. Ca fonctionnait bien, j'avais du lait, mais ça n'aidait pas mon bébé à mieux téter....

 

J'ai découvert qu'il existe également de nouveaux produits spécifiques à l'allaitement comme des barres de céréales ou du müsli. Il y a même du benelecta, une solution nutritionnelle que l'on peut utiliser en cas de douleurs.

 

Bref, des solutions existent pour aider les jeunes mamans qui rencontrent quelques difficultés à allaiter leur bébé.

 

Je reste néanmoins persuadée qu'allaiter peut être très naturel et très simple pour certaines mais bien plus compliqué pour d'autres et que l'on n'est pas toutes égales face à l'allaitement.

 

Chaque cas est différent et pour moi, le plus important, que l'on allaite ou pas son bébé, c'est d'en faire un bébé heureux, qui ne manque de rien et surtout pas d'amour ...

 

 

Quand allaiter est compliqué ...

Article sponsorisé. Cet article a été écrit en collaboration avec la marque, cependant tous les mots présents dans l'article sont les miens.

 

 red star facebook social media icon red star social media icon instagram         

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by cerisesurleberceau - dans Tranches de vie
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Cerise sur le Berceau
  • Cerise sur le Berceau
  • : Une maman blogueuse, un mari voyageur, une vie entre Nice, Paris et Bordeaux, avec une mini princesse, un petit aventurier, deux tortues, un chien et un bébé. C'est bien simple, on ne s'ennuie JAMAIS !
  • Contact

Pour me suivre

      

 

Rechercher Sur Le Blog

Cerise sur instagram

 

Partenaires

 BADGE EFLUENT

  Activités pour enfants

badge-allobebe-200x200    Badge-blog-pbb.png 

macaron-blog-tidoo.jpg macaron coup-coeur V4

Britax Ambassadrice logo-ambassadrice-FRA.jpg

Amabassadrice-quinny-copie  

ambassadrice-orbitbaby.jpg    ergobaby.png

babymoov.jpg    logo-tribu-fisher-price

Macaron_blog_c.jpg