Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 mars 2014 3 05 /03 /mars /2014 14:20

Y'a des jours où tout va mal, des jours qui commencent mal après une nuit en pointillée, ponctuée de réveils pour un cauchemar, un doudou perdu, une sucette introuvable ou un pipi au lit.

 

Y'a des jours où se lever le matin devient un véritable défi, où on ne rêve que d'une seule chose, se recoucher bien au chaud sous la couette et récupérer les heures de sommeil qui nous manquent. Mais où il faut se lever quand même et se dire que la journée ne fait que commencer.

 

Y'a des jours où les disputes fusent, pour  un oui, pour un non, pour un jouet, pour un bout de pain, pour un livre, pour un détail. Ca crie, ça se pousse, ça se tape, ça pleure, et ça n'en finit pas. Des jours où les trêves sont de courte durée et où les larmes remplacent les rires.

 

Y'a des jours où le repas qu'on a passé du temps à préparer brûle pendant qu'on essaye de gérer une énième dispute, des jours où les verres d'eau se renversent sur la table, où les petits pois roulent sur le sol de la cuisine et où la sauce tomate s'étale sur les manches des vêtements blancs.

 

Y'a des jours où les moutons de poussières semblent se multiplier plus vite que des lapins, où les vitres sont recouvertes de traces de petites mains, où les jouets s'étalent dans toutes les pièces de la maison, où le linge sale déborde du panier et où le repassage s'amoncelle et nous nargue.

 

Y'a des jours où la sieste, ce moment qu'on attend avec impatience comme une bouffée d'oxygène dans la journée ne se fait pas. Des jours où son bébé pourtant tellement fatigué refuse de dormir, des jours où il ne nous laisse décidément aucun répit.

 

Y'a des jours où le soleil n'a pas envie lui non plus de se lever, où il fait gris, où il fait froid, où il fait improviser pour occuper toute une journée les enfants à l'intérieur alors qu'on ne rêve que de les voir courir au grand air et s'oxygéner un peu nous aussi.

 

Y'a des jours où le retour du mari tant espéré se fait attendre, où il faut continuer à gérer, seule, les bains, le repas, l'histoire du soir et le coucher.

 

Y'a des jours comme ça où on aimerait être seule, buller une heure dans son bain, lire un bon bouquin sur son lit, regarder une bonne série confortablement installée sur son canapé, sans être dérangée. Ne penser qu'à soi, être égoïste, pour une fois.

 

Et puis y'a des jours où tout va bien, où il fait beau, où les enfants sont adorables, rient et jouent ensemble sans se disputer, où le repas est délicieux et parfaitement cuit, où la maison est presque rangée, où son mari a pris sa journée, où ses enfants font la sieste en même temps ou jouent tranquillement et nous laissent un peu de temps, rien que pour nous.

 

Y'a des jours tout gris, y'a des jours tout roses. Y'a aussi des jours tout gris qui s'éclaircissent et deviennent roses.

 

Aujourd'hui c'est mercredi. Un mercredi qui a commencé bien gris après une très mauvaise nuit, avec des cris.

 

Mais j'aperçois du soleil dans le jardin, depuis quelques secondes je n'entends plus de bruit et le repas de midi s'est passé sans chichis.

 

Alors j'oublie la nuit, les cris et je me dis qu'elle est quand même jolie la vie en rose et gris. Que si les mercredis sont parfois tout gris c'est parce que des enfants tout roses font partie de nos vies.

 

Allez, on sourit, c'est mercredi.

 

sourires-d-enfants.jpg

 

 

facebook-cerise-sur-le-berceau.png


Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by cerisesurleberceau - dans Tranches de vie
commenter cet article
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 10:10

Il y a 3 ans, nous partions très tôt à l'hôpital avec James pour faire ta connaissance.

 

Comme aujourd'hui il faisait très beau. Le soleil était là pour t'accueillir et il ne t'a jamais quitté.

 

Depuis que tu es tout petit tu respires la joie de vivre. Toujours le sourire aux lèvres, toujours prêt à faire le clown pour amuser la galerie et faire rire ceux qui t'entourent.

 

Tu es branché sur 10 000 volts, jamais en panne, fatigant souvent, mais toujours touchant.

 

Tu parles tout le temps, du matin où tu te réveilles au soir où tu te couches. Parfois même la nuit en dormant.

 

Quand tu ne parles pas, tu chantes. Tu chantes juste, tu chantes bien, tu as juste un problème avec les paroles que tu improvises à chaque chanson, ça donne parfois des résultats étonnants.

 

Tu démontes tout ce que tu as entre les mains, pour voir comment s'est fait, comprendre comment ça marche. Je ne compte plus les tubes de colle qu'on a dû acheter pour réparer le résultat de tes expériences.

 

Tu es têtu, mais on sait d'où ça vient. Les chiens ne font pas des chats il paraît.

 

Tu es très protecteur avec les plus petits. Tu te mets à croupi devant eux, tu leur parles en penchant la tête sur le côté avec une petite voix douce et un sourire accroché aux lèvres.

 

Par contre tu ne fais pas de cadeaux aux plus grands que toi. Gare à celui qui voudrait toucher à ta petite copine, te prendre un jouet des mains ou embêter ta soeur. Même s'il fait deux têtes de plus que toi, ça ne t'impressionne pas.

 

Tu es bruyant, fatiguant, mais tellement vivant. A la fois cascadeur et casse-cou il faut avoir le coeur bien accroché face à tes exploits et ton imagination débordante.

 

Tu as toujours une égratignure sur le genou ou une bosse sur le front qui donne un petit côté Bad Boy à ta bouille d'ange.

 

Tu es mon dur au coeur tendre qui adore les câlins, les bisous et les "Je t'aime" murmurés dans le cou.

 

J'avoue que j'étais un peu inquiète avant de faire ta connaissance. J'ai été élevée dans un univers de filles, je ne connaissais pas les petits gars. Et puis tu es arrivé avec ton énergie et ta sensibilité et tu as tout bouleversé. 

 

La vie est encore plus belle depuis que tu es là. 

 

Il ne se passe pas un jour sans que tu me fasses rire. Tu es le premier à me faire un compliment lorsque j'attache un collier à mon cou ou que j'enfile une jolie robe.

 

Je suis si fière d'être ta maman.

 

Tu es arrivé il y a trois ans. Un humain de plus sur cette terre qui en compte déjà des millions, mais pour moi, tu resteras à jamais ce petit humain tellement unique et irremplaçable.

 

Bon anniversaire Baby Boy, je t'aime fort mon petit bonhomme.

 

05-03-2011--5-.JPG

 

facebook-cerise-sur-le-berceau.png


Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by cerisesurleberceau - dans Tranches de vie
commenter cet article
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 11:09

Il y a moins d'une semaine, je vous annonçais que la famille Cerise allait s'agrandir puisqu'au mois d'août nous accueillerons notre troisième bébé !

 

Je suis ravie bien sûr d'être enceinte, de porter une nouvelle fois l'enfant de James et je compte bien profiter au maximum de cette grossesse car cette fois-ci, c'est certain, ce bébé sera notre dernier. 

 

Malheureusement, une grossesse ne se passe pas toujours comme on le voudrait. Je suis en pleine forme, contrairement à ma précédente grossesse, je n'ai pas eu de nausées, pas trop de fatigue ... J'attendais même la première écho avec impatience pour me confirmer que je ne rêvais pas et que je portais bel et bien la vie.

 

Lorsque j'ai vu à l'écran ce petit être apparaître, lorsque j'ai aperçu son petit coeur battre et lorsque je l'ai vu bouger dans tous les sens, j'étais la plus heureuse des mamans. Mon bébé était bel et bien là, en pleine forme sur l'écran de l'échographe.

 

Tout allait bien. Enfin, tout ou presque.

 

Pour le moment le placenta est mal inséré. Il est trop bas et recouvre le col, ce qui pourrait provoquer saignements et hémorragie. Normalement il devrait remonter et tout cela devrait rentrer dans l'ordre naturellement. 

 

Mais pour mettre toutes les chances de mon côté, pour ne prendre aucun risque et minimiser le risque d'hémorragie, il faut que je reste allongée le plus souvent possible en évitant la position verticale. 

 

Pas facile de rester allongée, presque toute la journée avec un mari qui travaille, qui voyage et deux enfants de 5 et 3 ans.

 

Je suis quand même autorisée à faire ce qui est indispensable à une mère de famille comme aller chercher ma fille à l'école, préparer les repas, donner un bain, mais pas plus. Le minimum vital qui n'est pas si simple à définir.

 

La semaine dernière j'ai donc entamé tant bien que mal ma première semaine de canapé. Little Girl était à l'école et Baby Boy bien sympa, restait à côté de moi à jouer, faire la sieste, écouter quelques histoires et à me faire des câlins. 

 

Je dois avouer que depuis que ma fille est née (5 ans maintenant), c'est la première fois que je peux rester allongée sans complexe sur mon canapé. J'ai écris sur le blog, navigué sur le net, lu un roman d'une traite et regardé les JO. C'était cool, c'était bien. J'ai plus qu'apprécié cette semaine de repos si rare dans la vie d'une jeune maman.

 

Là, j'attaque ma deuxième semaine de repos forcé. Little Girl est en vacances, les enfants sont donc toute la journée à la maison, tous les deux ensemble. Ils sont en pleine forme, retournent entièrement la maison, s'amusent et bien sûr oublient de ranger. C'est bien simple, on dirait qu'on a été cambriolés. Mais ils sont cool, heureusement et c'est bien ça le plus important.

 

Sur mon canapé, je commence à trouver le temps long. On déménage dans deux mois, on a bien sûr plein de choses à faire et je me sens inutile. Je sais que c'est pour la bonne cause, mais j'espère vraiment que samedi prochain, lors de la nouvelle échographie, le placenta aura commencé sa remontée et que je pourrai reprendre une vie normale, un peu trop remplie, mais tellement plus riche que celle que je vis en ce moment.

 

Bon, je me suis quand même autorisée une petite sortie cette semaine avec les enfants puisque mercredi nous irons au Grand Rex pour découvrir le spectacle Disney Live. Ce sera ma seule sortie en deux semaines, je ne ferai pas de folie mais je compte bien en profiter ! 

 

Samedi prochain, je saurai si ma Gynéco m'autorise ou non à prendre l'avion pour aller passer une petite semaine à Nice, dans ma ville qui me manque, retrouver ma famille et vivre le carnaval et la bataille de fleurs avec les enfants et les cousins et cousines sur la Promenade des Anglais.

 

En attendant, j'en profite pour envoyer tout plein de courage à toutes ces mamans qui doivent elles aussi vivre une partie de leur grossesse au repos.

 

C'est pas tous les jours facile, mais si c'est la solution pour faire de beaux bébés, ça vaut bien quelques semaines de repos forcé, non ? 

 

3e66191e964e11e3b813127ca578ef71_8.jpg

 

facebook-cerise-sur-le-berceau.png


Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by cerisesurleberceau - dans Tranches de vie
commenter cet article
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 10:14

Je n'aime pas trop parler de moi, raconter ma vie, me confier. Je suis pudique en ce qui concerne ma vie privée. 

 

Lorsque j'ai ouvert ce blog, c'était pour vous donner des avis sur les produits que je trouvais utiles pour mes enfants. Je me disais que l'avis d'une maman pourrait aider d'autres parents à y voir un peu plus clair dans cette jungle de produits qui entoure le monde des tout-petits.

 

La plupart du temps, je partage donc avec vous mes impressions sur les différents produits qu'on me demande de tester ou que j'ai achetés. Ca me plaît, ça me permet d'écrire, de communiquer sans trop me dévoiler.

 

Et puis il ya des fois où j'ai envie de parler, de partager un peu de ma vie avec vous qui me lisez.

 

Hier, je vous ai donc annoncé que l'on attendait notre troisième bébé. J'ai préparé mon billet, non sans appréhension, le trouvant trop long, me disant que vous ne le liriez sans doute pas jusqu'au bout, mais, pour une fois, j'avais envie de vous parler un peu plus de moi, de partager ces bonheurs avec vous.

 

J'ai publié ce billet et quelques secondes après les premières réactions son arrivées. Vous avez été des centaines à partager ce billet, à le commenter, à m'envoyer des messages en privé ou sur Facebook et j'ai été submergée par toutes vos réactions. Vous ne pouvez pas savoir à quel point vos commentaires m'ont fait du bien, m'ont touchée, m'ont émue.

 

Annoncer une grossesse est toujours un moment plein d'émotion, mais recueillir en si peu de temps autant de manifestations d'affection c'est magique, tout simplement.

 

Je ne sais pas si j'arriverai petit à petit à partager un peu plus souvent de moi sur ce blog, mais à chaque fois que ce fût le cas vous avez été là.

 

Il y a trois ans je ne savais même pas que les blogs existaient, aujourd'hui j'ai découvert que grâce à cet espace d'expression on peut partager des émotions par claviers interposés.

 

Je sais que je suis sous l'effet des hormones qui démultiplient par 100 mes émotions en ce moment, mais je voulais vraiment vous remercier, vous m'avez touchée, vous ne pouvez même pas vous imaginer à quel point. 

 

La grossesse se passe bien, mais malheureusement, pour le moment, le placenta est inséré trop bas, sur le col. Il faut donc que je me repose au maximum pendant deux semaines pour qu'il remonte au plus vite. Le 22 février je passerai une écho de contrôle pour voir s'il a correctement évolué.

 

Pour le moment, je suis donc le plus souvent allongée face à mon écran avec mon clavier sur les genoux et mon Baby Boy à mes côtés. On se raconte des histoires, on se fait des câlins et on regarde les JO. Ca pourrait être pire.

 

Vos messages m'ont donc fait encore plus de bien, je me suis sentie d'un seul coup beaucoup moins seule sur mon canapé.

 

J'espère que le 22 j'aurai le feu vert pour reprendre une vie normale car j'ai encore plein de chose à faire, à voir et à vous raconter !

 

En attendant merci de me lire, merci d'être là, c'est tellement bon de vivre des émotions comme ça ...

 

alitement.jpg

 

 

facebook-cerise-sur-le-berceau.png

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by cerisesurleberceau - dans Tranches de vie
commenter cet article
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 09:49

On s'est rencontrés il y a 10 ans, sur notre lieu de travail. On est devenus collègues, puis amis. Puis un jour, un regard qui change tout. Un coup de foudre qui arrive à retardement et qui vient bouleverser une petite vie déjà bien établie. On ne peut pas lutter contre l'évidence, on se met en couple et on s'installe très vite ensemble. 

 

On profite de la vie, on sort, on voyage dès que possible, on s'aime.

 

On est heureux mais ... 

 

On en veut plus. Lors d'un voyage, James me demande en mariage. Il a tout organisé sans que je ne me doute de rien. Une soirée romantique, du champagne, un bon repas, des fleurs, un gâteau spécialement préparé pour l'occasion, une bague et une demande à laquelle je ne m'attendais pas. Sans réfléchir je dis Oui. Et j'ai bien fait.

 

On se marie, on continue à travailler ensemble, à voyager, à s'aimer.

 

On est heureux mais ... 

 

Il nous manque quelqu'un. Quelqu'un qui serait le reflet de notre amour, qui serait à moitié lui, à moitié moi, qui ferait de notre couple une famille. Quelqu'un que l'on pourrait aimer, plus que tout et qui nous le rendrait au centuple. James veut un bébé. Je ne me fais pas prier. Après quelques trop longs mois d'essais, le bébé tant désiré pointe le bout de son nez.

 

C'est une fille. Little Girl est belle, sage, elle ne dort pas beaucoup, on est fatigués mais on est plus heureux que jamais. On découvre une nouvelle vie à trois, une vie différente, une vie plus riche, une vie qui nous plaît.

 

Little Girl grandit, Little Girl sourit, Little Girl nous comble.

 

On est heureux mais ... 

 

On veut un autre bébé ! Notre deuxième bébé arrive très rapidement, c'est un petit gars. Une fille puis un garçon, le choix du roi. Que demander de plus ?

 

Baby Boy est un gros dormeur, contrairement à sa soeur, ça nous change, on aime ça. Les enfants s'apprivoisent petit à petit, Baby Boy grandit, Little Girl devient une grande soeur assez directive  mais très attentive à son petit frère qui la dévore des yeux. Leur relation se forge, les liens se resserrent, notre famille a grandi. La Maison prend vie chaque jour de plus en plus, un peu trop parfois, mais on aime ça.

 

On est heureux mais ....

 

On a envie de changer de décor. On vit à Paris depuis 5 ans maintenant. On a toujours considéré que nous étions en escale, qu'il fallait profiter de ce que la capitale avait à nous offrir mais que dès que possible on repartirait dans notre sud natal. James est Bordelais, je suis Niçoise. Nos familles et le soleil nous manquent. On se fixe donc un objectif, déménager au plus vite.

 

Trouver un travail en région parisienne lorsque l'on a les diplômes de James est plutôt facile, mais trouver un travail équivalent en province relève du défi. James met tout en oeuvre pour arriver à ses fins et finalement, après de longues négociations, il trouve LE boulot qui va nous permettre de réaliser notre rêve. Cette fois-ci c'est signé, dans quelques mois on déménage, on quitte Paris pour Bordeaux. 

 

On est heureux mais ... 

 

Il nous manque encore quelque chose... J'ai toujours cru que j'aurais deux enfants, comme mes parents. C'est tellement simple après tout de recréer un schéma qu'on connaît par coeur. Et puis je ne suis plus toute jeune, j'ai eu mes deux enfants par césarienne, j'ai mis du temps à récupérer de ma seconde grossesse, je ne me sentais pas de recommencer. 

 

Pourtant, je n'ai jamais réussi à me détacher de leurs affaires de bébé, que ce soit leurs petits habits, le berceau, le transat, la première baignoire, le tapis d'éveil, le trotteur et toutes ces choses qui prennent la poussière dans la cave. Avec James on commence à évoquer l'idée d'un petit dernier. Et à la repousser. Mais elle revient régulièrement, de plus en plus souvent jusqu'à devenir une évidence.

 

On veut un troisième et dernier bébé. Little Girl réclame une petit soeur, Baby Boy voudrait un petit frère, ils veulent s'occuper d'un bébé alors qu'on ne leur a jamais parlé de nos projets. Ca devient évident, toute la famille est prête.

 

On se dit qu'on est un peu fous quand même, que cette année il va falloir déménager, trouver une nouvelle maison, découvrir une nouvelle ville, changer d'école pour les enfants, de boulot et de responsabilités pour James et que c'est déjà suffisant. Que ce n'est peut-être pas le bon moment.

 

Puis on se dit que ce n'est pas une question de moment. Que si on y pense, comme ça, quotidiennement, c'est que c'est le bon moment. Et peu importe ce déménagement.

 

Alors on arrête de réfléchir, de se poser des centaines de questions et une fois de plus on fait confiance à nos envies, à ce que l'on ressent et on décide que oui, on va l'avoir ce troisième bébé.  Parce qu'il est déjà dans notre tête, dans notre coeur et qu'il ne tient qu'à nous de lui donner la vie.

 

Ce dernier bébé se fait désirer, il faut passer des étapes plus ou moins difficiles et finalement, un beau jour alors qu'on ne l'attendait plus, il est là.

 

Cela fait maintenant 3 mois que ce tout-petit grandit en moi. Nous avons pu le découvrir il y a quelques jours sur l'écran de l'échographe. Il était en pleine forme et bougeait dans tous les sens. En le voyant sur cet écran on a compris. Notre dernier projet (pour l'instant) est sur le point de se réaliser. Notre famille va s'agrandir pour arriver enfin au complet. 

 

Au mois d'avril on va donc déménager, emménager et quelques mois après, cet été, on accueillera notre nouveau bébé.

 

Cette fois-ci, je le sais, on est heureux et satisfaits ! Mais ça ne nous empêchera pas de trouver de nouveaux projets ...

 

grossesse3.jpg

 

 

facebook-cerise-sur-le-berceau.png


Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by cerisesurleberceau - dans Tranches de vie
commenter cet article
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 09:05

Je n'aime pas attendre. J'ai horreur de ça même. C'est d'ailleurs pour cette raison que je suis "juste à l'heure" quand tout va bien et parfois un peu en retard à tous mes rendez-vous. Pour ne pas avoir à attendre.

 

Je n'aime pas les files d'attente aux supermarchés, je ne fais jamais les soldes les premiers jours et j'évite tant que possible de prendre ma voiture aux heures de pointe. Et si je suis bloquée dans un embouteillage, je râle.

 

Mais de toutes les attentes que je connaisse, la plus insoutenable est l'attente d'un bébé.

 

Lorsqu'on veut un bébé, on rentre dans un autre espace-temps.

 

On calcule plus ou moins précisément sa date d'ovulation, on cible les jours les plus propices, ceux où il faudra faire comprendre à son homme que ce soir, c'est LE soir. On met toutes les chances de son côté, on croise les doigts et on attend le verdict. Quinze jours en moyenne. Quinze longs jours. On est attentive au moindre symptôme qui pourrait signifier que cette fois-ci c'est la bonne. On s'invente des nausées, des maux de ventre, des douleurs mammaires. Et puis souvent on est déçue. Les règles débarquent entrainant avec elles tout espoir de maternité.

 

Pour cette fois-ci.

 

Parfois l'attente est très courte. On tombe enceinte dès l'arrêt de la pilule. On n'a même pas le temps de réaliser, d'espérer, d'attendre que le test de grossesse affiche deux barres verticales et nous voilà enceinte.

 

Mais parfois, c'est long. Très long. Trop long. Parfois même ça n'arrive pas pendant des mois, des années. Une vie entière.

 

Je suis tombée enceinte de Baby Boy au bout de deux petits mois. Je n'ai pas eu à attendre, à espérer. Ce deuxième bébé est arrivé en un claquement de doigts.

 

Pour Little Girl ça a été bien plus long. 10 mois. 10 mois au cours desquels je me suis posée tout plein de questions. C'était notre premier bébé, on ne savait donc pas si on pourrait ou non devenir parents. Si ça fonctionnerait entre nous. C'était stressant.

 

Je ne compte pas le nombre de tests de grossesse que j'ai pu faire à chaque retard de règles. Toujours négatifs. J'avais des cycles très longs et très irréguliers ce qui ne facilitait pas les choses.

 

Mais Little Girl est arrivée. Baby Boy a suivi. 10 mois dans une vie c'est rien. Nous sommes des parents comblés, nous sommes des parents chanceux.

 

Néanmoins, je me souviens du doute qui m'envahissait à chaque test négatif, de la déception, de la tristesse que je ressentais. Je voulais devenir mère et je n'étais pas certaine d'y parvenir.

 

Aujourd'hui je pense à cette amie qui a attendu 5 longues années avant d'avoir la chance de connaître les joies de la maternité. Elle est aujourd'hui maman d'une petite fille de quelques mois, adorable, qu'elle n'attendait plus.

 

Je pense à cette amie qui a attendu 10 ans son premier bébé "miracle" obtenu au bout de trois FIV et qui est aujourd'hui maman de 5 beaux enfants !

 

Je pense à cette amie qui a déjà deux beaux garçons mais qui rêve plus que tout d'un troisième petit bout qui ne vient pas, et qui cumule les fausses-couches, accusant le coup, mais sans baisser les bras. Je suis sûre que son rêve se réalisera.

 

Je pense à cette cousine qui a eu ses deux enfants par FIV après des années de traitement, de déception et d'échecs. Aujourd'hui elle est comblée, même si elle aimerait bien en avoir un troisième, mais elle ne trouve pas le courage de réaffronter tout ça.

 

Je pense à ce couple d'amis qui vient de souffler ses 50 bougies et qui n'a jamais pu avoir d'enfant, malgré toutes les démarches qu'ils ont entreprises.

 

Je pense à tous ceux qui attendent désespéremment que la cigogne trouve leur adresse, que la vie leur laisse à leur tour la joie de passer le relais, de donner la vie.

 

L'attente est longue, le chemin souvent semé d'embuches, mais heureusement la plupart des histoires finissent bien. 

 

Pour certains, devenir parent est un combat quasi-quotidien. Le combat d'une vie pour la vie.

 

A tous ces parents dans l'attente d'une belle nouvelle, d'un trait qui apparaît sur un test de grossesse, je souhaite de garder l'espoir, le courage et je suis certaine que leur rêve se réalisera. 

 

A tous ces parents dans l'attente, je souhaite pour cette nouvelle année qu'ils connaissent (ou revivent) enfin les joies de la maternité et j'espère voir apparaître très prochainement sur leurs visages les cernes des jeunes parents heureux.

 

La cigogne a dû recevoir un GPS à Noël. Cette année, c'est sûr, elle trouvera leur adresse. Y'a intérêt. 

 

Tant qu'il y a de l'espoir, il y a de la vie.

 

8-mois---35-SG.jpg

 

facebook-cerise-sur-le-berceau.png


Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by cerisesurleberceau - dans Tranches de vie
commenter cet article
24 décembre 2013 2 24 /12 /décembre /2013 11:00

Ca y est, les vacances sont enfin arrivées. Cette année nous prenons le chemin du sud-ouest pour passer Noël dans la famille de James.

 

Je vous souhaite à toutes et à tous de passer de très belles fêtes de fin d'année, de profiter de vos petits bouts, de votre petite ou de votre grande famille, de prendre aussi du temps pour vous et de laisser tous vos problèmes et vos soucis à la porte de 2013 pour commencer cette nouvelle année du bon pied !

 

Merci d'être toujours plus nombreux à me lire, à me suivre. On se retrouve très vite en 2014 pour une grande semaine d'anniversaire pour souffler les 2 bougies du blog.

 

En attendant, même si j'ai programmé quelques petits billets pendant les vacances, le blog se met au vert. Je vais en profiter pour m'éloigner un peu de mon écran et me rapprocher de ma petite famille pendant ces deux semaines de vacances !

 

Je vous souhaite de très belles fêtes de fin d'année, prenez soin de vous et à l'année prochaine !

 

sapin-de-noel.jpg

 

 

facebook-cerise-sur-le-berceau.png


Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by cerisesurleberceau - dans Tranches de vie
commenter cet article
17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 14:36

Little Girl vient de souffler ses 5 bougies. Elle est en grande section de maternelle mais c'est l'une des plus petites de sa classe, en âge et en taille.

 

Récemment, j'ai accompagné sa classe lors d'une sortie scolaire. Je me suis rendue compte à ce moment-là qu'entre les enfants du début de l'année ou même de la moitié de l'année et ceux qui étaient nés en novembre/décembre il y avait des écarts de maturité importants. 

 

La sortie scolaire avait pour but d'entraîner les enfants à marcher vite pendant au moins une heure. C'était  une sorte d'entrainement pour le grand projet du mois de mars : ils doivent partir en classe transplantée au bord de la mer.

 

8 Jours. Complets. A à peine  5 ans. Je ne sais pas ce que vous en pensez mais moi ça me paraît très long.

 

Little Girl est déjà restée une semaine toute seule chez ses grands-parents. Le temps m'a paru long mais je savais qu'elle elle allait bien. Qu'elle était chouchoutée, qu'elle ne manquait de rien, qu'elle pouvait nous appeler quand elle voulait et qu'elle profitait pleinement de ses grands-parents qu'elle voit trop peu souvent. Ca ne l'a pas empêchée de craquer un soir. De pleurer au téléphone et de nous demander de venir la retrouver le lendemain. Et puis après une bonne nuit de sommeil tout est rentré dans l'ordre. Au bout d'une semaine elle a été ravie de nous retrouver, nous aussi. Je l'ai trouvé grandie et cet éloignement a été bénéfique pour tout le monde.

 

Mais là, l'imaginer 8 jours 24h/24 avec toute sa classe, à 5 heures de route de chez nous, j'ai du mal. Beaucoup de mal. Surtout que depuis quelques temps elle traine les pieds pour aller à l'école et qu'elle me dit chaque matin qu'un seul jour d'école par semaine ce serait bien suffisant !

 

Elle est malade en voiture, même sur autoroute. J'imagine 5 heures de bus. Je sais qu'elle s'en remettra, qu'elle a l'habitude d'être malade dans les transports, mais je l'imagine au milieu de ses copains de classe avec son mal au coeur et sa peur de vomir.

 

J'avoue, je n'ai pas envie qu'elle parte si loin et si longtemps.

 

Je suis certainement trop maman poule. Je me pose peut-être trop de questions. Je suis certaine qu'en revenant de cette classe transplantée elle aura grandi, vécu plein de choses avec sa classe, gagné en autonomie et qu'elle rentrera des souvenirs plein la tête.

 

Mais je ne peux m'empêcher de trouver que 8 jours à 5 heures de route pour des petits de 5 ans (même moins puisque certains de moyenne section feront partie du voyage) c'est trop. Trop long, trop loin, trop d'un coup.

 

Pourquoi ne pas partir du lundi au vendredi, en Normandie par exemple à 2 heures d'ici ? Là je la laisserai partir sans me poser (trop) de questions (avec un petit pincement au coeur quand même, on ne se refait pas).

 

Mais 8 jours, j'hésite. J'ai dit oui à la maîtresse pour ne pas l'exclure du reste de la classe mais au fond de moi, j'avoue, je préfèrerais qu'elle n'y aille pas.

 

J'ai besoin de vos avis, de votre aide. Est-ce que vous avez déjà laissé partir vos enfants en classe transplantée? Quel âge avaient-ils ? Combien de temps sont-ils partis ? Comment ça s'est passé ? Que feriez-vous à ma place ?

 

Merci d'avance pour vos conseils.

 

sortie-scolaire.jpg

 

Cerise, Maman Poule (mais je me soigne).

 

 

 

 

facebook-cerise-sur-le-berceau.png


Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by cerisesurleberceau - dans Tranches de vie
commenter cet article
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 13:34

5 Ans. Mon bébé vient de souffler ses 5 bougies. Déjà.

 

Hier, elle était toute petite et dormait recroquevillée sur mon ventre. Aujourd'hui c'est une grande fille, avec son caractère, ses questions et ses certitudes. Je suis fière de ce ptit brin de fille, de la façon dont je la vois évoluer et grandir chaque jour. J'aime son caractère bien trempé qui contraste avec sa douceur. Elle sait ce qu'elle veut et lorsqu'elle a décidé quelque chose, elle s'y tient.

 

Son anniversaire, elle en parle depuis 1 an. Je crois même qu'elle a commencé a en parler en soufflant les 4 bougies de son gâteau princesse l'année dernière. 

 

Le lendemain de son jour d'anniversaire officiel, nous avons invité ses copains à la maison. Elle avait déjà fait la liste des invités depuis longtemps. Ils seraient 10 à la maison.

 

Pour la déco, il fallait du rose, bien sûr. J'ai farfouillé sur internet et je suis tombée sur ces pompons en papier.

 

pompons-papier-anniversaire.jpg

 

Elle rêvait aussi d'une Pinãta. J'ai trouvé le modèle de ses rêves, une licorne, sur le site Deguiz Fêtes chez qui j'avais également trouvé les petits sacs de bonbons pour l'école.

pinata.jpg

 

Pour animer son anniversaire, elle tenait à  tout prix à organiser des ateliers, on a donc fait des ateliers tatouage, sculpture sur ballon, carte de noël et bracelets qui ont bien occupé ses copines. Les garçons eux ont préféré jouer au foot dans le jardin. Etonnant ...

 

Que serait un anniversaire sans gâteau ? Comme chaque année, je la laisse décider du thème. Elle a longtemps hésité entre Ariel la petite sirène et Elsa, la reine des neiges. C'est finalement Ariel qui l'a emporté au dernier moment.

Ariel-petite-sirene-gateau.jpg

 

J'ai fouillé dans ses jouets et récupéré une figurine d'Ariel et quelques poissons que j'ai disposé au-dessus d'un gâteau au chocolat, son préféré, décoré avec un glaçage blanc, du sucre de couleur pour représenter le sable et la mer et quelques décorations en pâte à sucre.

gateau-ariel.jpg

 gateau-5-ans-fille-ariel-la-petite-sirene.jpg

 

Aidée d'une amie, j'ai aussi réalisé quelques cake pops, c'était une grande première !

 

cake-pop-preparation.jpg

 

On a pris ensuite plaisir à les décorer avec des coeurs, des perles et tout ce qu'on avait à notre disposition. On a même imaginé des pieuvres et des poissons pour coller avec le thème de la petite sirène ...

 

WP_20131130_009.jpg

 

A 5 ans, Little Girl rêvait de danser avec ses invités et l'après-midi s'est terminée sur le dance-floor.

 

boom-5-ans.jpg

 

A la fin de la journée, elle était ravie, les copains aussi. Mission accomplie. Rendez-vous dans un an pour le prochain défi !

 

facebook-cerise-sur-le-berceau.png

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by cerisesurleberceau - dans Tranches de vie
commenter cet article
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 09:53

Eux

Cela ne fait "que" cinq ans et deux ans et demi qu'ils font partie de ma vie mais j'ai l'impression qu'ils ont toujours été là.

 

Ils ne peuvent pas s'empêcher de se disputer dès qu'ils jouent ensemble mais ils sont incapables de se passer l'un de l'autre plus de quelques minutes.      

Ils sont épuisants par moments, usants, fatigants mais ils sont la plus belle raison de me lever chaque matin. 

 

Ils sont les meilleurs pour retourner une maison entière en quelques minutes mais il n'y a pas mieux pour donner vie à un intérieur trop sage, trop propre, trop bien rangé, trop ennuyeux.

 

Ils sont ma plus grande source de stress, d'angoisse, de peurs, mais ils sont ma plus grande joie, mon plus grand bonheur.

 

Ils sont si grands, ils poussent si vite mais ils sont si innocents et encore si petits.

 

Ils s'échappent, inconscients du danger à la moindre seconde d'inattention mais ils pleurent si je les laisse quelques instants.

 

Ils supportent une otite sans broncher mais ils hurlent au moindre micro-bobo sur leurs doigts.

 

Ils sont capables de me faire honte à ne plus savoir où me mettre en piquant des colères en public mais ils sont ma plus grande fierté, ceux qui me font dresser la tête, bomber le torse et avancer.   

 

Ils me donnent parfois envie de prendre un aller simple pour Hawaï, seule, sans eux, mais ils me manquent au bout de quelques heures lorsqu'il ne sont pas à mes côtés.

 

Ils sont ma plus grande joie, mon plus grand stress, ... ils me font rire, ils m'énervent ... ils sont adorables, ils se disputent ... ils s'aiment, ils se détestent ... ils sont calins, ils sont sauvages ... ils sont courageux, ils ont peur d'un rien ... ils sont forts, ils sont si fragiles ... ils grandissent, ils sont encore si petits ... ils veulent être grands, il aiment que je les cajôlent ... ils me boostent, ils m'épuisent ...  ils sont ainsi, ils sont ma vie ...

 

eux.jpg

 

 

facebook-cerise-sur-le-berceau.png


Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by cerisesurleberceau - dans Tranches de vie
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Cerise sur le Berceau
  • Cerise sur le Berceau
  • : Une maman blogueuse, un mari voyageur, une vie entre Nice, Paris et Bordeaux, avec une mini princesse, un petit aventurier, deux tortues, un chien et un bébé. C'est bien simple, on ne s'ennuie JAMAIS !
  • Contact

Pour me suivre

      

 

Rechercher Sur Le Blog

Cerise sur instagram

 

Partenaires

 BADGE EFLUENT

  Activités pour enfants

badge-allobebe-200x200    Badge-blog-pbb.png 

macaron-blog-tidoo.jpg macaron coup-coeur V4

Britax Ambassadrice logo-ambassadrice-FRA.jpg

Amabassadrice-quinny-copie  

ambassadrice-orbitbaby.jpg    ergobaby.png

babymoov.jpg    logo-tribu-fisher-price

Macaron_blog_c.jpg