Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 11:01

Il y a quelques temps, je vous disais que  la séparation était très difficile avec Baby Boy lorsque je le déposais à la garderie.  

 

Dès qu'il comprenait que j'allais le laissait, il s'agrippait à moi, ne voulait pas me laisser partir et hurlait. Et ça commençait même à la maison, dès que je prononçais le mot Garderie. Je partais donc, la boule au ventre, me demandant s'il allait s'arrêter rapidement de pleurer ou si ça allait durer jusqu'à ce que je vienne le récupérer.

 

Quand je revenais le chercher je le retrouvais dans les bras d'une des auxiliaires de puériculture serrant son doudou tout contre lui, les yeux rougis et encore gonflés de larmes. Plusieurs fois j'ai voulu tout arrêter, me disant qu'il n'était pas encore prêt, qu'on avait encore le temps tous les deux de se séparer et que je réessayerai plus tard.

 

D'un autre côté, je me disais aussi que finalement cette séparation était nécessaire et importante, notamment pour préparer sa future rentrée à l'école. Et que tout arrêter maintenant risquerait de le bloquer encore d'avantage par la suite.

 

Et puis j'ai aussi  lu tous vos témoignages, vos encouragements et je me suis dit que je devais persévérer, au moins encore un peu. Pour lui, et pour moi.

 

Et j'ai bien fait !

 

Depuis trois semaines maintenant, il ne pleure plus du tout lorsque je le laisse. Il passe la porte, tend la main à l'une des personnes présentes, me dit "oyevoir" et s'en va jouer. Sans se retourner. J'en pleurerais presque tiens !

 

Je pense que le déclic a eu lieu un matin. En le déposant il m'a réclamé son doudou et sa sucette. Il sait qu'à la maison, la sucette c'est que pour dormir ou quand il est malade et que je ne veux pas qu'il la garde à la bouche toute la journée. Ce matin-là, je lui ai donc dit que je lui laissais la sucette mais que lorsque je reviendrais le chercher je la reprendrais. Il a dit d'accord et il est parti son doudou sous le bras et sa sucette à la bouche.

 

20-09-2012--23-.JPG 

 

Depuis, plus de larmes. Les jours de garderie il court chercher son petit manteau, son sac à dos, me tend le tout pour que je les lui mette, attend que j'ouvre la porte et part en courant en criant "En route gaderie". Et il ne réclame même plus sa sucette ni son doudou une fois là-bas. Il y est bien, il participe volontiers à toutes les activités proposées et les auxiliaires m'ont dit que c'était un petit garçon adorable et toujours partant pour tout. Je crois qu'il a compris que je reviendrais toujours le chercher.

 

Quel bonheur de le sentir heureux, même sans moi, et d'avoir enfin un peu de temps rien que pour soi.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by cerisesurleberceau - dans Tranches de vie
commenter cet article
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 13:00

Ca ne vous a pas échappé, dans deux jours, c'est la fin du monde. Merci les Mayas.

 

Alors on y croit ou on y croit pas, mais ça a au moins le mérite de nous faire réfléchir.

 

Donc j'ai réfléchi. Si, si. Et je me suis demandé ce que je ferais s'il ne me restait plus que deux jours à vivre.

 

J'ai d'abord été tentée par un petit séjour sur une ile quasi déserte avec sable blanc, soleil, cocotiers, poissons tropicaux et cocktails à gogo. Finir sa vie allongée sur un transat, les doigts de pieds en éventail, toute bronzée, ça le fait non?

 

Puis je me suis dit que ce serait peut-être mieux de rester active pendant ces derniers jours puisque j'aurai tout le loisir de me reposer une fois passée l'arme à gauche. Autant essayer de faire ces choses dont j'ai toujours rêvé mais pour lesquelles je n'ai jamais trouvé le temps.  Monter à cheval par exemple, sauter en parachute, ou encore surfer sur les vagues. Mais pas sûr que j'arrive à apprendre tout ça en deux jours, même si j'y mets toute mon énergie apocalyptique.

 

Je pourrais aussi en profiter pour recontacter tous mes amis, toute ma famille, ceux que je vois encore mais aussi tous ceux que j'ai perdu de vue, en raison, notamment de très nombreux déménagements. J'organiserais bien une grande fête pour profiter de toutes ces personnes qui ont compté dans ma vie à un moment ou à un autre. Mais ça risque d'être difficile de rassembler tout le monde en si peu de temps, sans compter qu'ils ont peut-être d'autres projets eux aussi....

 

Et puis hier soir, alors que je lisais un magazine sur mon lit, Little Girl et Baby Boy sont arrivés, sous l'oeil protecteur et amusé de James. Ils sont rentrés dans la chambre, un livre à la main chacun (sur les princesses pour Little Girl et sur le "papa oyel" pour Baby Boy). Ils ont grimpé sur le lit, chacun d'un côté et m'ont tendu leurs livres pour que je leur raconte leur histoire préférée.

 

Et là, j'ai compris. Si je devais mourir demain, c'est  comme cela que je voudrais que ça se passe. Un enfant dans chaque bras, leur petite tête posée sur moi à écouter une histoire sous l'oeil bienveillant de leur papa.

 

La fin du monde peut arriver, je suis prête....  (mais si elle a changé ses plans, ça me va aussi, hein).

 

    pluie-copie-1.jpg

 Le parapluie, bien sûr, c'est contre les météorites

 

 

 

Et vous, vous allez faire quoi en attendant la fin du monde? 

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by cerisesurleberceau - dans Tranches de vie
commenter cet article
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 13:41

Hier soir, comme des millions de téléspectateurs, j'étais confortablement installée dans mon canapé, une boîte de chocolat à la main, à regarder Koh Lanta.

 

Ces paysages magnifiques, ces eaux turquoises, ces poissons multicolores, cette jungle sauvage, cette vie à la robinson Crusoé m'ont toujours fait rêver.

 

Les conditions réelles de survie, beaucoup moins.

 

Moi qui suis capable de battre le record du monde de saut en hauteur face à une minuscule araignée, je m'imagine mal passer une nuit à dormir sur le sable à l'entrée d'une jungle luxuriante. Hostile la nature comme dirait l'autre.

 

Sans parler du manque de nourriture. Nous ne sommes que 4 à la maison, mais mon frigo et mes placards ressemblent à ceux d'une famille nombreuse. J'ai toujours peur de manquer de quelque chose. Donc, je fais des stocks. Et puis je suis assez difficile aussi. Je rechigne devant du foie gras ou du saumon, je n'aime même pas le jambon alors je me vois mal ingurgiter des vers vivants ou des yeux de poisson crus. Même pour 100 000 euros.

 

Mais s'il le fallait vraiment, si j'avais quelque chose à me prouver, je pense que je pourrais surmonter, au moins quelques jours heures, ces conditions de survie et intégrer l'équipe des Mawar ou celle des Sungaï. A choisir, j'irais plutôt chez les Mawar. J'aime le rouge (la couleur, pas le pinard). Et leurs chef Namadia aussi, même si il pourrait se bouger un peu plus le popotin sur le camp. Bref. Là n'est pas la question.

 

Si je suis bien certaine que je ne ferai jamais Koh Lanta, c'est pour une tout autre raison.

 

Hier soir, quand Namadia a sorti au dernier moment son collier d'immunité, condamnant ainsi l'orgueilleux RAT-vière sous les yeux éberlués de tous ses équipiers, j'ai sauté de joie sur mon canapé face à un James à peine étonné.

 

Puis l'euphorie est retombée, et je suis allée me coucher.

 

Et là, j'ai réfléchi (merci les insomnies). Je me suis mise à la place de Javier, de ses proches, de sa femme, de ses enfants. J'ai essayé de m'imaginer ce que ça pouvait faire de passer pour un tyran, un manipulateur aux yeux de millions de français et de belges en l'occurrence.

 

Au regard des images diffusées hier soir, j'ai trouvé sa personnalité agaçante, son côté manipulateur insupportable, ses réactions inacceptables. Mais comme vous tous, je n'ai vu que les images sélectionnées et montées avec soin par TF1 pour générer de l'audience. Et ça a marché puisqu'hier soir l'émission a rassemblé 6,9 millions de téléspectateurs.

 

Pourtant au départ, il me semblait sympa Javier. Son portrait le montrait comme un mari aimant, un papa gaga devant ses filles, rigolo dans la vie, bosseur. Un mec normal quoi. Avec tout de même une forte envie de gagner. Mais c'est logique. Je pense que tous les aventuriers engagés dans l'émission sont là pour ça. Avec plus ou moins de rage, mais la même motivation. Celui qui est prêt à se priver de manger et à vivre dans ces conditions-là juste pour la gloire est à mon avis bon pour l'asile. Direct.

 

Pour en revenir à Javier, une chose qui est sûre, c'est que suite à cette émission, la vie de cet homme ne sera plus jamais la même. Certains téléspectateurs ne se gêneront pas pour l'insulter, lui dire ce qu'ils pensent de son comportement. Y'a qu'à lire ce qui s'écrit sur internet pour imaginer ce qu'il peut entendre aujourd'hui, ressentir et faire endurer à sa famille. Tout ça à cause d'un jeu.

 

Avant de tirer au sort sa boule, face à Anthony, il disait qu'il était très chanceux dans la vie et qu'il tirerait la blanche. Il avait raison sur une seule chose : il a tiré la boule blanche. Mais le chanceux, étonnamment, c'est le perdant, celui qui a tiré la boule noire et qui est sorti grandi de cette émission, adulé par tous ses équipiers et, j'en suis certaine, par sa famille dont il doit être le héros.

 

Comme quoi, parfois, la malchance est une chance.

 

Voilà pourquoi je ne ferai jamais ce genre d'émission. Je serais parfaitement incapable d'assumer sans plier les réflexions des uns et des autres face à un comportement à un moment donné. Si on me filmait toute la journée, même à la maison, en train d'élever mes enfants et qu'on ne diffusait que les images me montrant en train de râler, de punir, de crier, je pourrais facilement passer pour un tyran moi aussi. Alors je m'imagine sur une île déserte, le ventre vide entourée de personnes que je ne connaissais pas quelques jours avant, dans un climat de compétition et de rivalité. J'suis certaine que ce ne serait pas toujours beau à voir. Et qu'en choisissant bien certaines scènes, on pourrait facilement casser mon image de gentille maman. Pourtant vous pouvez me croire, j'suis une gentille dans la vie. Vraiment.

 

Tout ça pour dire que bien sûr je vais continuer à suivre Koh Lanta et même à attendre la diffusion de l'émission vendredi prochain avec impatience, mais il faut vraiment prendre ce genre d'émission avec du recul.

 

C'est un divertissement Koh Lanta, c'est pas la vraie vie. Faut faire gaffe quand même avec la télé, hein.

 

Voilà pourquoi je ne ferai jamais Koh Lanta.

 

Maintenant si la prochaine saison a lieu au Pearl Beach Resort ans Spa de Bora Bora, en all inclusive .... et sans caméra, je veux bien faire partie du casting.

 

divers-0353.JPG

 

Et vous, vous regardez Koh Lanta? Vous en pensez quoi?

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by cerisesurleberceau - dans Tranches de vie
commenter cet article
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 09:10

Cette année, Little Girl a fêté ses 4 ans. Et pour l'occasion, la miss avait des envies très arrêtées concernant ses gâteaux.

 

Il y a plusieurs mois, elle m'a dit :

 

- Maman, pour mon anniversaire, j'aimerais bien un gâteau en coeur en chocolat avec des smarties pour l'école, pour dire à mes copains et à mes copines que je les aime.

 

- Ok, ça c'est pas un problème. Ensuite ...

 

- Pour la maison j'aimerais bien un château de Princesses, avec du rose dessus.

 

- Forcément. Bon, là, ça va être un peu plus compliqué, mais je vais essayer. Et c'est tout?

 

- Et pour quand mes copains et mes copines ils viendront à la maison pour mon anniversaire...

 

- Ah, parce que tu voudrais inviter tes copains à la maison pour ton anniversaire?

 

- Ben oui. 5 en fait. Et je voudrais bien un gâteau en Parc comme ça c'est comme là où on se retrouve quand on joue ensemble après l'école.

 

- Bien, bien, bien. Et tu ne veux pas aussi un cheval de princesse, une soucoupe volante et un koala?

 

- Non, juste un gâteau en coeur, un château de Princesses et le Parc. C'est tout.

 

- Oui, tu es très raisonnable quoi... 

 

J'ai alors fait quelques petites recherches et je me suis lancée. Voici les résultats en image....

 

Pour le gâteau de Princesses, j'ai commencé par réaliser quelques carrosses avec un gâteau à la cuillère, des roues faites avec des soucoupes en bonbons et des pics apéritifs, le toit du carrosses a été réalisé avec des bonbons longs et une meringue et un petit nounours a servi de cocher.

 

carrosse-princessse-gâteau

 

 

Puis je suis passée au gâteau de Princesse en réalisant un gâteau rond au chocolat pour le socle que j'ai recouvert de sucre rose. Une génoise dans un moule à brioche pour le château. Des cigarettes russes montées sur des piques à brochettes de taille différentes pour les piliers du château et toujours des meringues pour les toits. Quelques bonbons longs pour le porche ainsi qu'un bout de gâteau à la cuillère pour la porte et le tour était joué !

 

anniversaire-little-girl-4-ans.jpg

 

Et pour sublimer le tout quelques feu d'artifices pour le grand soir...

 gateau-princesse-anniversaire-little-girl.jpg

 

Pour l'école (et la maison), j'ai réalisé un gâteau au chocolat dans un moule en coeur et j'ai décoré le tout avec des smarties. Rien de plus simple.

 

gateau-anniversaire-sonny-angel.JPG

 

Je dois tout l'effet de ce gâteau aux 4 petits Sonny Angel qui tenaient les bougies.

 

sonny-angel-hippopotame.JPG

 

Roses bien sûr. Little Girl est une fille, une vraie.

 

sonny-angel-lapin.JPG

 

Enfin, pour le gâteau Parc, j'ai réalisé une génoise plate et j'ai utilisé des paille d'or et des bonbons pour la déco. Avec toujours mes petits ours comme personnages.

 

P1050494.JPG

 

J'ai ainsi confectionné un toboggan,

 

gateau-parc-tobbogan.JPG

 

une balançoire,

 

P1050480.JPG 

 

un bébé dans sa poussette,

 

bebe-bonbon-poussette-gateau-square.JPG

 

et un banc pour que les parents puissent discuter en surveillant leurs enfants sur le tourniquet...

 

banc-gateau-parc.JPG 

 

Et présenté le tout le jour J avec les fameux feux d'artifices.

 

gateaux-anniversaire-4-ans.JPG

 

Little Girl a adoré et ses petits copains semblaient ravis. Mission accomplie !

 

Enfin, pour un an. Je me demande bien ce qu'elle me réserve pour l'année prochaine.... 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by cerisesurleberceau - dans Tranches de vie
commenter cet article
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 10:00

 

Ma chérie, 

 

Cela fait 4 ans que tu es entrée dans ma vie et j'ai l'impression que tu as toujours été là.

 

Avec toi j'ai appris à devenir Maman, j'ai essayé, tâtonné, réussi certaines choses, j'en ai raté d'autres mais j'ai fait de mon mieux même si ce n'était pas toujours parfait.

 

Quand tu es née, tu étais si petite que je pouvais te porter d'une seule main et aujourd'hui je te vois courir, sauter, pédaler, rire et danser. J'ai du mal à réaliser que cette jolie petite fille aux cheveux blonds et aux yeux bleus est la même que ce petit bébé si fragile que j'ai tenu dans mes bras il y a 4 ans déjà.

 

Le temps file si vite, j'aimerais pouvoir l'arrêter et pourtant à chaque bougie que tu souffles je me dis que tu as un âge formidable et que c'est si bon de te voir grandir.

 

Pourtant j'ai peur, je fais tout pour ne pas y penser, mais depuis que tu es née cette peur est en moi et ne me lâche pas. J'ai peur qu'il t'arrive quelque chose, peur que tu grandisses trop vite et que je n'arrive plus à suivre, peur que tu fasses de mauvaises rencontres, peur que les petits copains t'embêtent dans la cour, peur que tu tombes malade, peur que tu sois triste, peur de tout en fait, et de rien. Je crois que c'est ça être parent après tout. Découvrir la peur, apprendre à vivre avec et surtout tout faire pour ne pas te la transmettre. 

 

Pour le moment on s'en sort plutôt pas mal....

 

A 4 ans tu es déjà une grande fille, tu vas à l'école, tu as tes amis, tes copains, tes copines. Tu fais ta vie, comme tu le dis si bien. Mais tu es encore une toute petite fille qui a besoin que je te lise des histoires, que je te tienne la main dans la rue, que je t'accompagne la nuit aux toilettes, que je te donne tes deux doudous le soir pour que tu puisses t'endormir après t'avoir couverte de bisous.

 

Si je devais deviner aujourd'hui ce que tu deviendras plus tard, je t'imagine bien artiste, danseuse, peintre ou comédienne tant tu peux passer des heures à lire, à dessiner ou à danser. Tu es une rêveuse, tu vis dans un monde de Princesses et de contes de Fées. J'aime te voir rêver, t'entendre raconter des histoires à tes poupées. J'aimerais tant pouvoir te préserver au fil des années pour que tu gardes en toi cette faculté de rêver et de t'émerveiller. J'espère que la vie va te préserver. De mon côté, j'y travaille dur. La vie n'est pas un conte de fées, mais à 4 ans on a le droit d'y croire comme si ça existait "pour du vrai".

 

anniversaire-little-girl-4-ans.jpg

 

Bon anniversaire ma Princesse. Aujourd'hui c'est ta journée, celle que tu attends depuis bientôt un an. Le gâteau est prêt, les cadeaux sont empaquetés, la table est décorée... Alors  profite de chaque instant et surtout, surtout, ne grandis pas trop vite, on a tout le temps. En tous cas, moi, j'suis pas pressée...

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by cerisesurleberceau - dans Tranches de vie
commenter cet article
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 14:10

Il y a une semaine (ou peut-être un peu plus) si on m'avait posé la question :

 

- Comment ça va? Ils dorment bien la nuit tes petits?

 

J'aurais fait la maline en répondant :

 

- Ben oui, comme d'hab. Pourquoi, les tiens, non? Ah, bon...  Rhoo, c'est pas de bol.

 

Sauf que voilà, ça c'était il y a une semaine (ou peut-être un peu plus).

 

Mais depuis plusieurs nuits, depuis que les grands parents sont venus passer quelques jours de vacances à la maison, (depuis qu'il y a des témoins quoi) et depuis que James est en voyage au pays du Père Noël, je fais moins la maline parce que passé minuit, c'est l'anarchie !

 

D'ailleurs, on ne me demande plus si ça va ou si les petits dorment bien la nuit.  Je crois que la réponse se lit sur mon visage, juste sous mes yeux.

 

 

Little Girl qui habituellement dort très bien et qui surtout est propre jour et nuit depuis plus d'un an (ou plus, je sais plus) a trouvé qu'il était bien plus rapide de faire pipi au lit plutôt que de se lever. En plus ça tombe bien, comme en ce moment il fait plus frais, un liquide à 37° ça réchauffe. Mais ça réveille aussi, c'est le problème. Et là il n'y a plus qu'à appeler MAMAAAAAN pour venir changer et éponger tout ça, à 2h du mat.

 

Et faire ça deux nuits d'affilée c'est encore plus drôle, surtout quand l'alaise est toujours en train de sécher et que le matelas du coup est trempé. Reste à finir la nuit sur le canapé.

 

Bon, cette nuit c'était mieux. Je l'avais briefée au moment du coucher :

- Little Girl, cette nuit surtout tu m'appelles si tu as envie de faire pipi hein? Parce qu'une fois ça va, deux fois c'est trop, trois fois je ne t'en parle même pas. C'est compris hein? Tu es sûre? Et certaine? Promis juré? Bon Ok je te laisse dormir mais....tu as bien compris?

 

J'ai dû être très persuasive puisque ça a marché. Plus de pipi au lit . Youpi!

 

Sauf....que du coup elle m'a appelée trois fois dans la nuit pour que je l'accompagne aux toilettes. Meuh non je ne l'ai pas stressée hier soir. A peine...

 

Ca c'est donc pour Little Girl. Mais j'ai deux enfants et ils sont très solidaires. Quand l'une dort (entre deux pipis) c'est le second qui se réveille.

 

Une première fois parce qu'il a perdu sa sucette.

 

Une seconde fois parce qu'il a soif.

 

Une troisième fois parce qu'il a perdu son doudou.

 

Une quatrième fois parce que je venais juste de me rendormir et que c'est marrant de réveiller maman.

 

Et une cinquième fois pour....je sais plus. Au bout du cinquième réveil il a fini la nuit à côté de moi dans le lit. Ca ne l'a pas empêché de se réveiller à nouveau, deux fois de plus mais au moins je n'avais plus à me lever, c'est déjà ça.

 

Bebe-dort-lit-stokke-sleepi.jpg

 

Résultat des courses, ce matin lorsque le réveil a sonné à 7h30 et que je venais juste de me rendormir pour la 10ème fois de la nuit, je l'ai éteint et puis j'ai fermé les yeux en me disant que j'avais bien mérité 10 minutes de sommeil en plus.

 

Sauf que lorsque j'ai ré-ouvert les yeux, les 10 minutes avaient été multipliées par 6 et il était, on va voir si vous êtes forts en calcul mental .... 8h30 ! Little Girl devait partir pour l'école à 8h40. Bien, bien, bien.... Et bien sûr, elle dormait toujours.

 

D'ailleurs j'aimerais bien qu'on m'explique : Pourquoi les mercredis, les week-ends et pendant les vacances mes enfants se réveillent toujours à 7h00 (au plus tard) alors que les jours d'école ils sont capables de dormir jusqu'à 9 h00? Rassurez-moi, ça se passe pareil chez vous où les miens m'en veulent personnellement?

 

Bref, tout ça pour vous dire que la journée a commencé sur les chapeaux de roues. Que j'ai tout de même réussi à déposer Little Girl à l'école et que je l'ai même laissée dans la bonne classe. Mon radar fonctionne bien, c'est déjà ça.

 

Mais là, si je croise par hasard un génie qui sort d'une lampe pour me proposer de réaliser un voeu, je lui commande sans hésiter une nuit de 24 heures de sommeil, sans enfant. Pour les millions d'euros que j'aurais demandé en temps normal, on verra plus tard, quand j'aurais dormi.  

 

 

Et chez vous, ça dort en ce moment ou bien? Dites-moi tout, je vous écou...Zzzzz Zzzzz

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by cerisesurleberceau - dans Tranches de vie
commenter cet article
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 09:52

A la naissance de Little Girl, enfin un mois avant sa naissance, j'ai arrêté de travailler pour pouvoir m'occuper d'elle à plein temps.

 

Je passais donc mes journées avec ma fille, souvent en tête à tête, même si nous sortions tous les jours.

 

J'avais un peu peur qu'elle ne soit trop accrochée à moi et que la première séparation pour rentrer à l'école soit très difficile. Je me suis renseignée et j'ai découvert la halte-garderie de ma ville qui accueillait de manière occasionnelle les enfants des mamans (ou des papas) qui ne travaillent pas.

 

Avant de l'inscrire, j'ai demandé à ma pédiatre à partir de quel âge un enfant commençait à jouer AVEC les autres enfants et a y prendre plaisir. Elle m'a dit que ça se passait généralement à partir de 18 mois. J'ai donc attendu ses 18 mois avant de l'inscrire et de commencer l'adaptation.

 

Little Girl est une petite fille timide au premier abord. Elle observe longtemps avant d'agir et il lui faut du temps avant de se sentir à l'aise. J'étais persuadée que la première séparation serait difficile, qu'elle ne voudrait pas que je la laisse, qu'elle pleurerait. Je me trompais.

 

Little Girl n'a jamais versé une larme. Enfin si, quand je revenais la chercher : ça fait toujours plaisir !  Et pour sa première rentrée des classes, ça s'est passé de la même manière, sans aucune larme. Jamais. Et elle va toujours volontiers à l'école. Heureusement, elle ne pleure plus quand je viens la chercher et savoure même les vacances. Ouf, elle n'est donc pas si mal que ça à  la maison !

 

Forte de cette première expérience, je me suis dit que j'allais faire pareil avec Baby Boy. On prend les mêmes et on recommence.

 

A ses 18 mois, je l'ai inscrit à la garderie. J'étais plus que confiante. Je connaissais très bien l'équipe et la personne qui s'occuperait de lui, la garderie a déménagé dans de nouveaux locaux flambants neufs et parfaitement équipés pour accueillir les tout-petits et surtout, Baby Boy est très à l'aise avec tout le monde. Il est toujours partant pour explorer de nouveaux lieux et fait des bêtises expérimente à longueur de journée. Je me suis dit qu'avec lui il n'y aurait aucun problème. Je me trompais. Encore. 

 

Les premiers jours de l'adaptation, alors que je restais dans la même salle que lui tout allait très bien, il jouait, rigolait, communiquait avec toutes les adultes présents. Il était à l'aise. Puis est arrivé le moment de la séparation. J'ai dû le laisser 3/4 d'heures la première fois alors que je n'avais laissé sa soeur qu'une demi-heure. Il m'a dit au revoir sans problème, a joué pendant une demi-heure puis, arrivé au dernier quart d'heure il a réalisé que j'étais partie et là ça a été le drame. Il a pleuré et est resté inconsolable jusqu'à mon retour. C'était le quart d'heure de trop !

 

Depuis il redoute chaque séparation. A chaque fois que je l'emmène à la garderie il dit bonjour à tout le monde, semble heureux de voir les autres enfants, mais dès que je lui dis au revoir, il hurle et se cramponne à moi. Je dois le quitter en pleurs et partir en l'entendant hurler dans les couloirs. Moi qui n'avais jamais connu ça avec Little Girl, je me rends compte à quel point c'est difficile de laisser son enfant dans cet état et je me mets à la place de toutes ces mamans (et ces papas) qui n'ont pas le choix, qui travaillent et qui chaque jour doivent laisser leurs enfants à la crèche ou chez la nounou et leur dire au revoir pour la journée alors qu'ils ne veulent pas les voir partir.

 

vacances-20120516_153803_edit0.jpg

 

Du coup je me demande quoi faire avec Baby Boy. Je pensais que cette séparation, ce moment de jeu avec d'autres enfants, d'autres adultes, d'autres jouets, dans un nouveau lieu serait bénéfique pour lui mais j'ai l'impression qu'au contraire ça l'angoisse. Lui qui était toujours cool et indépendant redoute maintenant la séparation. Il se colle à moi très souvent dans la journée et pleure même lorsque je le laisse à la maison avec son Papa pour aller faire un peu de sport, alors qu'avant ça ne posait aucun problème.

 

C'est fou quand même. On croit connaître nos enfants, anticiper leur réaction et on se trompe. J'étais persuadée que pour Little Girl ce serait dur et que Baby Boy s'adapterait sans problème et c'est exactement le contraire qui s'est produit. Ce n'est pas demain que j'ouvrirais mon cabinet de voyance!

 

Alors je fais quoi à votre avis? Je le laisse quand même à la garderie en espérant que ça se calme un peu et qu'il y prenne du plaisir ou j'arrête tout pour le moment et j'attends qu'il grandisse encore ? Je ne voudrais pas que ces séparations l'angoissent plus que ce qu'elles ne sont bénéfiques pour lui. Au départ, je fais ça pour son bien et j'ai l'impression de le punir.

 

Vous avez déjà vécu la même situation? Vous feriez quoi vous si vous aviez le choix?

  

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cerisesurleberceau - dans Tranches de vie
commenter cet article
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 14:08

Je ne sais pas si c'est le soleil égyptien ou tout simplement de la chance, mais depuis quelques jours déjà, une ambiance calme et sereine s'est installée sur la maison. C'est la plénitude....

 

Depuis quelques jours, Little Girl et Baby Boy jouent ENSEMBLE et ça change tout. Jusque-là ils étaient inséparables et toujours dans la même pièce, mais ils jouaient côte à côte ou plutôt ensemble mais avec le même jouet. Il suffisait que l'un des deux prenne quelque chose pour que l'autre le veuille immédiatement. Si le jouet n'existait pas en double exemplaire, c'était le drame. Sans compter que l'un comme l'autre prenait un malin plaisir à faire râler, crier ou pleurer l'autre.

 

Bref, depuis quelques mois, à la maison, le niveau sonore frisait celui de l'aéroport d'Orly situé juste à côté et mes deux Castafiore n'étaient pas loin de pouvoir rivaliser avec le bruit d'un avion au décollage.

 

Inutile de vous dire qu'en fin de journée, j'étais cuite. J'ai toujours rigolé quand je voyais ma mère s'endormir le soir sur le canapé devant la télé dès le début du film et maintenant voilà que je me retrouve à sa place. Heureusement que le replay existe, sans ça, je serais incapable de voir un film ou une émission en entier. Ah, c'est beau de vieillir !

 

Oui mais ça c'était avant.... Je ne vais pas crier victoire trop vite, puisque ça ne fait que quelques jours que ça dure, mais en ce moment, je ne les entends plus crier, chouiner ou se disputer à longueur de journée et c'est vraiment trop bon. Hier soir, pour la pemière fois, j'ai même regardé les deux épisodes de Desperate Housewife sans flancher (mais en pleurant, je suis une madeleine et Mike est mort), c'est vous dire le progrès!

 

Encore plus incroyable, ce matin j'ai surpris mon fils de 20 mois caresser le visage de sa soeur en lui disant "belle" alors que jusque là il avait plutôt tendance à arracher ses barètes ou à l'assommer avec tout ce qui lui tombait sous la main. De son côté Little Girl disait à son frère en lui caressant également la joue "toi aussi tu es beau mon coeur, je t'aime mon loulou". J'ai attendu la suite, me disant que ça allait forcément dégénérer à un moment ou à un autre, mais non, la matinée s'est écoulée tranquillement, sans aucune dispute.

 

 

03-06-2012--4-NB.jpg

 

 

De mieux en mieux, alors que Baby Boy réclamait à boire, je vois débarquer Little Girl quelques secondes après un verre d'eau à la main pour le donner à son frère.

 

Et "Cerise sur le Berceau", alors que Baby Boy venait de faire pipi sur son pot et que j'étais en train de le rhabiller, Little Girl est partie vider le pot dans les toilettes et l'a lavé à la salle de bain pour venir le redéposer ensuite à sa place. Comme ça, comme par magie, sans rien avoir à demander. J'ai même guetté le moment ou elle allait passer l'aspirateur et préparer le repas mais bon, pour ça, j'attends toujours... Paraît que j'en demande un peu trop.

 

Donc je ne sais pas si c'est le couscous, les pâtisseries orientales, le passage à l'heure d'hiver, la fin des vacances, l'approche de Noël, ou tout simplement parce qu'ils ont grandi, mais en ce moment chez les Cerises, l'ambiance est Zen...

 

Je peux même appeler mes copines au téléphone sans entendre crier et sans ponctuer la conversation de :

 

- Little Girl, laisse ton frère tranquille,

 

- Baby Boy on n'écrit pas sur la table, non sur la chaise non plus,

 

- Little Girl, je compte jusqu'à trois, 1, 2, 3...

 

- Baby Boy, Noooon, descend de suite, on ne monte pas debout sur la table

 

- Little Girl, ne pousse pas ton frère

 

- Baby Boy, on ne tape pas sa soeur, les voitures c'est fait pour rouler sur le sol, pas pour taper sur sa tête

 

Pour finir par :

 

- Bon, je te rappelle plus tard quand ils seront couchés.

 

Maintenant, je peux papoter tranquillement, dans la journée.

 

 

J'ai l'impression de flotter sur mon petit nuage, le sourire aux lèvres, béate devant mes deux petits anges. Mais je m'agrippe quand même au nuage et je me prépare à chuter lourdement, d'un coup d'un seul, je sais bien que cette plénitude ne durera pas éternellement.

 

En attendant, pour le moment par ici, niveau ambiance c'est un peu " la petite maison dans la prairie". J'ai même envie d'aller me rouler dans l'herbe fraîche pour fêter ça, tiens. Laura Ingalls, sort de ce corps !

 

 

Et chez vous c'est plutôt "Survivor" ou c'est aussi "La petite maison dans la prairie"? Racontez-moi...

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by cerisesurleberceau - dans Tranches de vie
commenter cet article
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 10:04

Tout a commencé à l'envers.

 

Il y a environ un an, j'ai eu envie de créer une page Facebook pour partager mes coups de coeur de maman en matière de puériculture. Au début, on n'était pas très nombreux, quelques amis de longue date et les amis de ces amis. Je parlais un peu aux murs, mais ça me plaisait et ça m'occupait.

 

Et puis j'ai eu rapidement envie d'en dire un peu plus sur les produits que je possédais et que je trouvais vraiment utiles au quotidien. J'ai alors créé ce blog quelques mois après pour vous faire partager des avis un peu plus détaillés, avec des photos persos, sur les différents produits de puériculture, les jeux, les jouets, les différents coups de coeur que j'avais.

 

Au départ, ce blog est donc très clairement un blog de tests produits. J'ai décidé de ne parler que des produits que j'ai, que j'utilise et que j'apprécie. Les produits que je n'aime pas, je n'en parle pas. Sauf si vous me demandez mon avis sur l'un d'entre eux. 

 

J'ai commencé par parler des produits que je possédais, qu'on m'avait offerts ou que j'avais achetés. Et puis certaines marques m'ont proposé de tester de nouveaux produits. Si ces produits peuvent intéresser mes enfants ou faciliter ma vie de maman j'accepte et je vous dis ici ce que j'en pense vraiment.

 

Au début, le blog, c'était donc ça...

 

Et puis un jour, j'ai eu envie de vous parler de choses un peu plus personnelles. Ca a commencé avec le premier anniversaire de Baby Boy. Et de temps en temps ça me prend. Comme ça, d'un coup. J'ai envie d'écrire, de partager avec vous des sujets qui me tiennent à coeur. Je ne cherche jamais un sujet pour écrire. Il s'impose à moi comme une évidence et il s'écrit tout seul....

 

Ces articles personnels ne sont donc pas très fréquents. Ils surgissent entre deux tests produits. Je les relis longtemps avant de les publier. Par pudeur. C'est tellement plus facile de donner son avis sur un produit de puériculture plutôt que de livrer un petit peu de sa vie. J'ai beaucoup de mal à raconter ma vie. Je me dis qu'elle n'est pas plus intéressante qu'une autre et je me demande à chaque fois si cet article est bien utile. Et puis je clique sur "Publier" et je guette vos réactions avec appréhension.

 

 A ma grande surprise, ces articles vous plaisent, vous donnent envie de témoigner, de réagir et j'en suis ravie. J'aime lire vos commentaires, dialoguer avec vous, vous découvrir un peu plus à travers vos témoignages.  

 

Sur ce blog il n'y a pas de publicité, pas d'article sponsorisé, ça viendra peut-être un jour, on ne sait jamais, mais pour le moment il n'est pas là pour ça. C'est juste un espace de partage, mon moyen d'expression. Je suis libre de parler de ce que je veux quand je le veux. Et j'adore cette liberté.

 

Cerise sur le Berceau est parti d'un rien. D'une envie soudaine survenue tout à coup. Je me suis lancée dans cette aventure sans trop savoir où ça allait me mener, sans comprendre pourquoi je le faisais. Une fois de plus j'ai suivi mon instinct, mon envie en me disant, on verra bien...

 

Aujourd'hui, ce blog et cette page FB ont pris une place importante dans ma vie. Parfois un peu trop importante aux yeux de James, mais j'essaye de faire en sorte que ça n'empiète pas trop sur notre vie à tous les 4.

 

Je me suis découvert un réel goût pour l'écriture. Ca devient comme une drogue mais qui fait du bien. J'ai l'impression de servir un peu à quelque chose en plus d'être maman à plein temps.

 

Et surtout, ce blog m'a apporté de belles rencontres qui font aujourd'hui partie de mon quotidien et de ma vie.

 

Alors tout simplement MERCI à vous, MERCI d'être là, MERCI de me lire et MERCI de permettre à Cerise d'exister.

 

Q Q Q Q Q

 

Avec James et les enfants, nous partons une semaine en vacances au soleil. Pour se retrouver, profiter, buller, lézarder, tous les 4 ensemble et sans internet.

 

Cerise, elle, reste à Paris.

 

 

vacances-0294.JPG

 

 

Le blog et la page FB prennent donc eux aussi une semaine de vacances totales, du 27 octobre au 3 novembre, mais on se retrouve bientôt. 

 

 

A très vite alors, restez par là, j'ai encore plein de choses à vous dire ...  

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by cerisesurleberceau - dans Tranches de vie
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 13:00

Comme je vous l'expliquais, la naissance de Little Girl ne s'est pas vraiment passée comme je l'avais imaginé. Ma tension est montée subitement en fin de grossesse et Little Girl est née par césarienne, en urgence, mais heureusement à terme et sans complications.

 

Ca ne nous a pas empêchés James et moi de vouloir un second enfant.

 

Lorsque Little Girl a eu 19 mois, je suis retombée enceinte.

 

Dès le début de ma grossesse, considérée comme grossesse à risque, j'ai été prise en charge par un hôpital de niveau III, doté d'une cellule de réanimation néonatale, au cas où. Ca rassure... ou pas! Et j'ai été placée sous aspirine pour prévenir une seconde pré-éclampsie.

 

Comme pour Little Girl, j'ai eu un hématome en début de grossesse qui s'est résorbé avec du repos (ça doit être ma marque de fabrique). La grossesse s'est plutôt bien déroulée malgré quelques allers-retours aux urgences obstétriques.

 

Une fois de plus, j'étais sereine. Ma tension restait normale et j'attendais un garçon. Une fille puis un garçon, le choix du roi.

 

Première écho, nickel. Deuxième écho, re-nickel sauf.... sauf que bébé était en siège. Mais pas de panique, "il a largement le temps de se retourner", dixit Doc Gynéco.

 

Troisième écho, il est TOUJOURS en siège, tranquille pépère,  le crâne bien calé entre mes côtes, assis sur ma vessie dépliant de temps en temps les jambes pour danser le Jive sur mes organes situés plus bas. Aïe. 

 

A ce moment-là, Doc Gynéco commence à me dire que finalement, il n'allait peut-être pas se retourner et qu'il faudrait envisager un accouchement par le siège. Mais bien sûr, j'en rêvais justement....

 

Puis il consulte mon dossier (à l'hôpital on a rarement le même gynéco) et réalise tout à coup que j'ai accouché de mon premier bébé par césarienne. Un accouchement par le siège avec un utérus cicatriciel étant trop dangereux, ce sera donc une seconde césarienne, à moins que bébé ne décide de se retourner avant.

 

Pour mettre toutes les chances de mon côté et aider bébé à faire la pirouette, je dois faire le pont, la tête en bas, le ventre en l'air, enceinte de 8 mois. Facile, et très gracieux.

 

Comme vous me connaissez un peu maintenant (mon côté chat noir toussa, toussa), vous imaginez bien que ça n'a pas marché.  

 

On me propose alors l'épreuve de la dernière chance : la Version.  

 

Alors là, je vous préviens, si un jour on vous propose une VERSION, répondez NON. Ca rime, vous vous en souviendrez.

 

J'vous explique quand même, pour votre culture générale. Une version, c'est quand Doc Gynéco tente de retourner manuellement votre bébé dans votre ventre. Le jour de la version, vous devez tout d'abord subir un monitoring, pour voir comment va votre bébé puis une écho pour vérifier que la tête est toujours en haut. Ce serait ballot de le retourner et de lui remettre la tête en haut si il a décidé de faire ça tout seul comme un grand pendant la nuit.

 

Ensuite on vous installe dans une pièce spéciale, avec une sage-femme et toujours une écho pour bien visualiser la position du bébé. Puis on appelle Doc Gynéco.

 

Doc Gynéco : - Bonjour, on va donc tenter une version. Ca fonctionne très rarement mais bon, faut le faire pour dire qu'on a tout  tenté. On va essayer de le faire tourner, mais si il a la tête en haut c'est qu'il a une bonne raison.  Je vous préviens, ça ne va pas être agréable. Allez, détendez-vous...

 

Moi : - Trop facile.....

 

Doc Gynéco : - Soufflez bien, on y va

 

Moi : Aïeeee ! Stooooooop !

 

Doc Gynéco tirait de toutes ses forces pour essayer de faire descendre la tête du bébé tout en remontant ses fesses de l'autre côté. Mon ventre devenait de plus en plus rouge, la douleur était vraiment difficilement supportable et bébé ne bougeait pas d'un poil de lanugo. Impossible de se détendre. Ca fait mal mais en plus on imagine que son bébé doit être lui aussi en train de souffrir. Et le pire c'est qu'ensuite il faut encore rester 2 heures sous monitoring pour vérifier que le coeur du bébé a supporté la manip ! Non mais, je rêve. Non seulement c'est très douloureux, ça fonctionne très rarement mais en plus c'est dangereux pour bébé. Alors pourquoi tenter une version? Je me pose toujours la question...

 

Face à l'évidence, la décision a été prise : ce serait une seconde césarienne. Je ne vous fais pas un dessin. Exit, l'accouchement de rêve, rebonjour le bloc opératoire.

 

La naissance de Baby Boy fût programmée le 02 mars 2011.

 

Ce matin-là, avec James, nous nous sommes levés très tôt. Il a pris son petit déj, j'ai pris ma douche de bétadine.  On a embrassé Little Girl qui dormait toujours et on a filé à l'hôpital, la valise dans le coffre.

 

Juste avant l'intervention, Doc Gynéco vient me voir et me demande si je suis d'accord pour faire avancer la science. Il s'agit d'effectuer plusieurs prélèvements pendant la césarienne et un autre 2 heures après pour une étude portant sur les femmes accouchant à terme par césarienne. Ca tombe bien, je suis une pro en la matière. J'ai accepté. J'aurai mieux fait de me casser une jambe.

 

A 9 h00, comme prévu je suis au bloc. A 9h23 Baby Boy est là. On me le présente, il ne crie pas. Il est étonnamment zen. Il ouvre ses grands yeux et me regarde, comme pour me dire "tout va bien Maman, ne t'inquiète pas". C'est un moment inoubliable mais qui ne dure que quelques secondes. Comme sa soeur, il est très vite emmené en zone des naissances, suivi de James qui cette fois-ci a au moins pu assister à la césarienne. Et ça, croyez-moi, ça change tout.

 

A la sortie du bloc, on m'emmène même voir mon fils. C'est magique. James est tout fier. Il lui a donné un tout premier biberon avant que je puisse commencer l'allaitement. Puis on me ramène en salle de réveil. Et là, mon côté chat noir ressurgit. Je tombe dans les pommes, je fais une grosse anémie et surtout, je dois attendre qu'on vienne retirer la sonde que l'on ma installée pour faire avancer cette put**n de science!  Sauf que seul un personnel qualifié de l'étude peut la retirer et qu'il faut l'attendre 2 heures de plus. Je suis donc de nouveau restée 4 heures en salle de réveil avant de pouvoir retourner en chambre retrouver mes hommes.

 

 

Aujourd'hui, je sais que si nous désirons un troisième enfant avec James, celui-ci naîtra forcément par césarienne. C'est comme ça. Après 2 césariennes, on ne tente plus un accouchement par voie basse, c'est trop risqué.

 

Je ne connaîtrai donc jamais ce que c'est que d'accoucher, de mettre au monde un enfant par voie basse. De le tenir tout contre soi pendant les premières minutes de sa vie. De donner la toute première tétée en salle de naissance. D'assister à son premier bain. De pouvoir me lever dès les premiers jours sans être pliée en deux et souffrir à chaque pas.

 

Un nouveau bébé signifierait une nouvelle cicatrice qui viendrait recouvrir la précédente.

 

Une amie m'a dit qu'elle ne comprenait pas pour quoi je disais que je n'ai pas accouché. C'est pourtant la vérité. Je suis maman, deux fois. J'en suis fière, je suis comblée. Mais je n'ai pas accouché, et je n'accoucherai jamais. C'est un réel manque dans ma vie de femme. Je ne peux m'empêcher d'admirer chaque femme qui accouche. J'ai l'impression que c'est une héroïne. Je me dis que son mari doit être fier de ce qu'elle a enduré pour mettre au monde leur enfant. Et qu'elle doit en être fière aussi. Je n'aurai jamais cette fierté.

 

02-03-2011--25-.JPG

 

 

Mais je me dis aussi, que si la médecine n'avait pas fait les progrès qu'on connaît aujourd'hui, si les césariennes n'étaient pas si bien maîtrisées, si la pré-éclampsie n'avait pas été diagnostiquée assez tôt, Little Girl ne serait peut-être pas là. Baby Boy non plus. Et moi non plus. Alors tant pis. Je n'accoucherai jamais, mais je suis maman. C'est suffisant.

 

 

Cerise, maman Albator

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by cerisesurleberceau - dans Tranches de vie
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Cerise sur le Berceau
  • Cerise sur le Berceau
  • : Une maman blogueuse, un mari voyageur, une vie entre Nice, Paris et Bordeaux, avec une mini princesse, un petit aventurier, deux tortues, un chien et un bébé. C'est bien simple, on ne s'ennuie JAMAIS !
  • Contact

Pour me suivre

      

 

Rechercher Sur Le Blog

Cerise sur instagram

 

Partenaires

 BADGE EFLUENT

  Activités pour enfants

badge-allobebe-200x200    Badge-blog-pbb.png 

macaron-blog-tidoo.jpg macaron coup-coeur V4

Britax Ambassadrice logo-ambassadrice-FRA.jpg

Amabassadrice-quinny-copie  

ambassadrice-orbitbaby.jpg    ergobaby.png

babymoov.jpg    logo-tribu-fisher-price

Macaron_blog_c.jpg